29/06/2022

La Ritournelle - Aurélie Valognes

 

Dans certaines familles, les repas de fêtes se suivent et se ressemblent : mêmes plats, mêmes convives, mêmes discussions. Sauf cette année. Il suffit d’un rien pour que les bonnes manières volent en éclat : non-dits, vieilles rancunes et mauvaise foi vont transformer le dîner de fête en un règlement de compte en bonne et due forme. Et si les repas de famille étaient enfin l’occasion de se dire les choses ?

Des dialogues enlevés, des personnages hauts en couleur, un roman drôle et jouissif ! Avec son talent unique pour saisir le vrai dans les relations familiales, Aurélie Valognes nous plonge dans une famille joyeusement dysfonctionnelle, qui ressemble étonnamment à la nôtre.

Éditeur: Fayard
Distributeur: Hachette Canada
Genre: Contemporain
Parution: Mai 2022







Ayant lu, l'an passé, Le tourbillon de la vie et l'ayant classé parmi mes coups de coeur, j'attendais la prochaine parution de cette auteure avec impatience. Malheureusement, j'ai trouvé ce récit lourd, voire pesant. La plupart des passages sont négatifs: les commentaires, discussions et pensées tournent autour des défauts de tout un chacun. Nadine et Patrick, les parents des hôtes, ne savent que faire des reproches. Par chance, les deux enfants d'Anne m'ont fait sourire à deux ou trois reprises grâce à leurs efforts et leur naïveté. Il y a aussi la douceur de Caroline qui sauve un peu la donne. 

Déjà, le récit se déroule à Noël. Il faut dire que l'envie de me plonger dans cette période de l'année n'y était pas totalement. Les préparatifs du souper s'étirent sur quelques chapitres, suivis de la réunion de famille qui vire en règlements de comptes. Je n'ai aimé aucune répartie des personnages, cinglantes la plupart du temps, si ce n'est les quelques rares interventions de Caroline qui venaient apaiser les confrontations. Le résumé laisse entendre que nous serons témoins de scènes comiques dans une famille qui ressemble à la nôtre. Je n'ai vu ni comédie ni familiarité au fil des péripéties. Décidément, ce roman relativement court m'a paru, au contraire, interminable. Les dernières pages sont davantage joyeuses, mais ne collent pas au reste du récit, donnant l'impression que la fin a été forcée. 


Merci à Hachette
pour cette lecture



22/06/2022

Jusqu'à ce que ca fasse bang - Alexandra Larochelle

 

Maélia aime son amoureux à la folie. C'est le premier, la bonne personne, l'homme de sa vie. Mais lorsqu'elle quitte sa région éloignée pour le cégep, elle découvre le monde sous des angles imprévus. Et si Oli ne voulait pas vraiment son bonheur ? Maélia comprend surtout que sa vie peut prendre de l'expansion. Jusqu'à ce que ça fasse bang.

Une incursion dans l'univers des relations toxiques, qui dévoile l'ampleur du piège mais aussi les voies possibles de la liberté.

Éditeur: La Bagnole
Genre: Contemporain
Parution:







Dès le départ, j'ai été conquise par l'écriture d'Alexandra Larochelle à laquelle j'avais moins accroché dans sa série Des papillons pis de la gravité. Ce roman est en fait une longue lettre que Maélia écrit à son amoureux. Elle y raconte, en mettant ses tripes sur la table, le début de leur relation, leurs premières fois, leurs hauts et leurs bas, son cheminement scolaire ainsi que toutes ses sources de stress. Le tout est rempli d'anecdotes, d'affection, de tendresse, d'amitié, d'empathie et de soutien, mais aussi de côtés plus sombres comme la manipulation.

Par le biais de Martin, Amy, Leg et Maélia, entre autres, l'auteure aborde les relations toxiques, la violence amoureuse, qu'elle soit physique, psychologique, sexuelle ou monétaire, mais pas que. Les troubles obsessionnels compulsifs et l'identité de genre occupent aussi une place importante dans ce récit. Ce qui est intéressant, c'est le fait que deux dynamiques différentes sont exposées grâce au couple de Martin dans lequel la violence est visible, et celui de Maélia dans laquelle elle est plus insidieuse, sans coups, mais tout aussi blessante. Olivier qui nous paraît charmant au début, et en qui nous voulons avoir confiance, expose une autre facette de lui. Plus le roman avance, plus ses gestes augmentent en gravité et en fréquence. 

L'on découvre alors une Maélia forte et fragile à la fois qui m'a émue par sa façon d'affronter les défis sur sa route, l'aide qu'elle veut apporter à ses proches alors qu'elle-même en a de besoin ainsi que ses réflexions et sa manière de prendre sa vie en main. Leg est un bel ajout au récit. Son authenticité, sa douceur et sa personnalité amènent de belles couleurs. Jusqu'à ce que ça fasse bang est un roman important qui démontre plusieurs facettes de la violence, et qui met de l'avant une panoplie de thèmes puissants. C'est un livre que je laisserais traîner dans les Maisons des jeunes, pour que les adolescents aient la chance de le lire.

Merci aux Éditions de La Bagnole
pour ces thèmes importants   



20/06/2022

Ma vie est un post-it - Marie-Andrée Rompré

 

Marianne, psychologue, mère de deux enfants, en couple depuis plus de quinze ans, ressent soudain des symptômes d’oppression thoracique et d’incapacité à respirer. Diagnostic : épuisement et anxiété. Les nombreux post-its qui se sont accumulés dans son agenda en listes interminables de choses à faire ont eu raison de sa santé mentale.

Au fil des ans, il est vrai qu’elle s’en est mis beaucoup sur les épaules. Faire du yoga, réussir les recettes de Ricardo, inscrire les enfants en danse, en sport et au dernier voyage scolaire. Performer au travail et à la maison. Recevoir des amis chaque fin de semaine. Être partout, parfaite, tout le temps, c’est exténuant !

Celle qui a toujours pris soin de tout le monde a oublié l’essentiel : s’occuper d’elle-même. La solution : partir en retraite au Mexique pendant deux semaines. Mais Marianne, à travers toutes ses aventures, réalisera que cette pause ne suffira pas à la guérir complètement. Elle remettra alors en question ses valeurs, son mode de vie, ses propres craintes et ses désirs. Elle devra tout repenser pour retrouver son bien-être et, surtout, le conserver.

Éditeur: Les Éditeurs Réunis
Genre: Contemporain
Parution: Avril 2022







Marianne, exténuée par le train-train de la vie quotidienne, décide de partir faire une retraite de yoga de deux semaines. Tout au long de son séjour, elle prend des notes. Des mots, des questions, des réflexions qui l'aideront à se recentrer et à se réorienter. Des phrases qui ont un sens énorme et qui servent de guide, de mantra. La vie de maman est remplie de mille et une tâches et responsabilités, et parfois l'on a tendance à trop s'en mettre sur les épaules, comme Marianne le démontre bien. 

Cette femme nous apprend l'importance de lâcher prise, de s'imprégner du présent plutôt que de se projeter dans le futur et, ainsi, rater une tonne d'occasions et des petits bonheurs. Marianne partage des mots et des émotions qui m'ont fait pleurer parce que j'aurais pu être celle qui les a écrits, ressenties. Elle démontre qu'une pause peut faire réellement de bien et être le déclencheur de quelque chose de plus grand, mais que cela ne suffit pas. Il faut prendre le temps de reconsidérer notre vie, sortir les graines cachées sous le tapis et trouver des solutions, des alternatives et, surtout, du temps pour soi. Elle nous apporte une remise en question et nous fait voir les choses sous un autre angle. Définitivement, rien n'arrive pour rien, et ce voyage qui ne s'est pas tout à fait déroulé comme prévu lui a surement appris plus encore. 


pour cette introspection  



17/06/2022

Merci, grazie, thank you - Julien Sandrel

 

Il n’est jamais trop tard pour dire merci

Gina, charmante vieille dame d’origine italienne qui mène une existence modeste à Paris, a un péché mignon que tout le monde ignore : elle va chaque mois jouer aux machines à sous. Et voilà qu’un jour, elle gagne…

Aussitôt, Gina prend une folle décision : cet argent, elle va le partager avec chacune des personnes qui ont joué un rôle dans sa vie et qu’elle n’a jamais pu remercier. Alors sans rien révéler à quiconque de son gain ni de ses intentions, Gina s’envole sur les traces de son passé…

Lorsque sa petite-fille Chloé découvre la « fugue » de sa grand–mère adorée vers New York, elle décide de partir à sa recherche, accompagnée, à son corps défendant, par la très loufoque et envahissante meilleure amie de Gina qui a le don pour les mettre dans des situations impossibles.

Commence alors pour les trois femmes un voyage riche en émotions fortes, entre fous rires et larmes, entre gratitude et transmission, rythmé par les secrets de Gina et les soubresauts d’une Histoire pas si lointaine...

Éditeur: Calmann-Lévy
Distributeur: Hachette Canada
Genre: Contemporain
Parution: Mai 2022







Comparativement aux romans précédents de cet auteur, j'ai eu un peu de mal à embarquer dans l'histoire, à cause de son rythme plus lent, alors que l'on vogue, d'une page à l'autre, dans les souvenirs de Gina. De plus, parallèlement, l'on suit Chloé et Olga, dont le récit est sans réel intérêt jusqu'au tiers du bouquin. 

Néanmoins, certains souvenirs de Gina nous ramènent à l'essentiel et nous remémorent certaines choses importantes de la vie que l'on a tendance à oublier. Ce périple dans le passé est somme toute émouvant puisque les événements que revisite Gina l'ont immensément marquée. Ils nous entraînent à la découverte de sa famille, et plus particulièrement de l'histoire de son grand-père et de son frère. Gina raconte les épisodes qui ont bouleversé sa vie et elle part à la recherche de ceux qui ont joué un rôle déterminant dans son parcours. Malheureusement, j'ai parfois eu l'impression que ses réminiscences ne suivaient pas l'ordre chronologique, qu'elles étaient amenées de manière un peu pêle-mêle, et je crois que c'est cela qui a fait en sorte que le récit m'a moins touché que ce qu'il aurait dû. 

De son côté, Chloé découvrira qu'elle a plus en commun avec sa grand-mère que ce qu'elle croyait, et cela leur sera bénéfique à toutes les deux. Quant à Olga, son dynamisme et sa joie de vivre sauvent le ton mélancolique du roman, et c'est la raison pour laquelle elle est ma préférée du trio. Julien Sandrel expose des thématiques sérieuses, portées par des personnages chaleureux, et un pan de l'histoire que je ne connaissais pas. Gina, Olga et Chloé forment un groupe plutôt maladroit au début, mais au sein duquel se trouvent amitié, amour et compréhension. 

Du même auteur:
La chambre des merveilles: X
Vers le soleil: X

pour ce périple        


15/06/2022

Évanescence, tome 1: Le baiser de la mort - Ericka Duflo

 

La vie d'Evy bascule le jour où La Mort en personne pénètre dans sa chambre. Il émane d'elle un halo de lumière, une particularité typique des dieux et déesses. Le quatrième cavalier en est persuadé, il n'y a qu'une seule raison à cela : Gaïa a choisi la jeune femme pour être son hôte temporaire. Il doit s'en assurer en apposant son empreinte sur l'humaine, et retrouver au plus vite la déesse-mère, car le destin de la Terre est en sursis. L'absence de la régisseuse cosmique plonge l'Olympe et ses habitants dans une phase de sommeil indéterminée. Sans leur lumière, l'obscurité aurait bientôt raison de cette planète et signerait le début de l'Apocalypse. Mais sa rencontre avec Evy va réveiller en Death quelque chose d'inattendu, un sentiment qu'il n'a jamais connu : l'amour.

Éditeur: Boomerang
Genre: Romance / Fantastique
Parution: Février 2021







Évanescence est une romance saupoudrée de fantastique qui a ses points forts et ses points faibles. Tout d'abord, on s'attend à être plongé dans l'univers de La mort, cet être qui décide de l'heure de départ avec sa faux. Personnellement, je n'ai pas été déçue. Tout en restant dans le monde réel, l'auteure y insère plusieurs éléments du genre littéraire fantastique. Il y a Death et sa fratrie, leurs pouvoirs ainsi que les êtres qui veulent du mal à Evy, le personnage principal. Gaïa et Hadès, de la mythologie, entre autres, font aussi partie du récit. 

Là où je bloque, c'est la nature de la relation entre Death et Evy. Au contact de cet être lugubre, cette dernière s'isole de plus en plus. Avec une épée de Damoclès qui est suspendue au-dessus de sa tête, je me serais attendu à ce qu'elle profite davantage de la présence de ses amies et de sa famille, mais elle les repousse et n'a d’yeux que pour Death. Quant à ses rêves, j'aurais aimé qu'elle s'adonne à des activités plus variées, qu'ils ne tournent pas seulement autour des voyages. Cependant, elle visite plusieurs endroits, dont Paris et New York, qui lui font vivre de beaux moments. 

Evy prend conscience de la valeur de la vie et essaie d'apprécier l'instant présent à sa façon, de vivre chaque journée comme si elle était la dernière. La fin me laisse un peu pantoise, et ne m'a pas convaincue. Le deuxième tome sera décisif quant à la poursuite, ou non, de la série. 

De la même auteure:
Métamorphose: X




14/06/2022

Croisière paradis - Agnès Ruiz

 

En revenant de faire les boutiques, Romy a toute une surprise ! Sa valise l’attend sur le pas de la porte de l’appartement qu’elle partage avec son petit-ami et patron, Young-jae. Une courte note l’informe qu’il la quitte pour une autre. Elle perd ainsi son amoureux et son travail en même temps. Une occasion inespérée lui permet de faire d’une pierre deux coups : un poste d’animatrice sur un bateau de croisière vient de se libérer et elle est engagée sur-le-champ. Cette bouée de sauvetage se transforme cependant rapidement en casse-tête pour Romy. Non seulement, par un cruel hasard, Young-jae séjourne lui aussi sur le bateau en compagnie de sa fiancée, mais des choses louches semblent se tramer à bord.

Éditeur: Goélette
Genre: Contemporain
Parution: Mai 2022







Croisière Paradis est un roman qui invite à la fraîcheur à la vue de sa page couverture. Ce livre m'a surprise par son fil conducteur et l'attitude du personnage principal. Alors que je m'attendais à un récit plutôt léger, avec des touches d'humour ici et là, je suis passée à côté de quelque chose puisque le roman emprunte finalement un tout autre chemin. Romy, qui vient de se faire laisser d'une manière vraiment odieuse, ressasse énormément, avec raisons, sa rupture, et cela alourdit le texte. Nous vivons donc avec elle le deuil de sa relation amoureuse en même temps que le futur qu'elle s'était imaginé.

Sa rencontre avec un autre employé n'améliore pas la donne. Dick est un être qui m'a déplu par son insistance envers Romy, et son manque de respect. Quant à Young-Jae, son ancien amoureux, il est antipathique et, malgré ses raisons, il ne m'a nullement émue. Par chance, Loretta, sa colocataire, lui amène de la sollicitude et du soutien, et cela lui permet de se sentir un peu moins seule. Définitivement, il m'a manqué de chaleur humaine dans ce récit pour pouvoir l'apprécier pleinement. 

Cependant, à un certain moment, Romy aperçoit un passager agir de manière louche. À partir de là, un mystère titille notre curiosité et le suspense est à son comble lors des dernières pages. Je dois avouer que l'intrigue est toutefois bien ficelée et qu'elle a su me surprendre.


Merci à Dola Communications
pour cette croisière       



09/06/2022

Sur le vif - Elizabeth Acevedo

 

Emoni a de l’or au bout des doigts. Entre ses mains, saveurs et épices composent des plats incomparables. Mais Emoni a aussi une petite fille de 2 ans, et elle jongle entre son rôle de jeune mère, les cours au lycée et le travail le soir pour aider sa grand-mère à payer les factures.

Emoni a 17 ans, et elle ne pense pas qu’elle pourra continuer ses études, ni devenir cheffe dans un restaurant. Dans sa vie faite de responsabilités, il n’y a pas de place pour rêver. L’ouverture dans son lycée d’un nouveau cours d’arts culinaires pourrait bien lui permettre de déployer son talent et de trouver la force en elle d’accomplir son rêve…

Éditeur: Nathan
Distributeur: Interforum Editis Canada
Genre: Contemporain
Parution: Septembre 2021







Emoni a un talent indéniable pour la cuisine et, par ses plats, elle est capable de faire vivre un moment de nostalgie à ses invités. C'est une petite touche de magie qui réconforte et amène de la douceur au récit, tout en nous rappelant que certains goûts peuvent faire remonter des souvenirs à la surface. Emoni est une jeune mère de dix-sept ans qui jongle entre l'école, le travail, son rôle de maman et ses aspirations professionnels. Sans aucun doute, son parcours est inspirant alors qu'elle est déterminée à suivre sa voie. 

Là où j'ai eu le plus de misère, c'est avec la traduction française. Étant québécoise, il y avait plusieurs mots que je n'ai jamais vraiment entendus et dont je ne connaissais pas la signification. Aussi, le parler adolescent m'a quelquefois donné du fil à retordre. Également, lors de leur voyage scolaire, il m'a manqué un peu de culture, j'aurais aimé m'y sentir encore plus imprégnée. 

Cependant, Sur le vif est une histoire touchante grâce au cheminement d'Emoni et aux personnages qui croisent sa route: son père absent qui essaie tant bien que mal d'être plus présent, sa grand-mère qui la soutient du mieux qu'elle peut tout en tâchant de retrouver sa liberté, et son professeur culinaire qui la pousse dans ses retranchements, car il voit quelque chose de spécial en elle. Il y a aussi Malachi, un garçon qui respecte les limites d'autrui et Angelica, l'amie énergique d'Emoni, qui l'encourage à foncer. Cette jeune mère suit ses rêves avec détermination et passion, malgré les défis qui se glissent sur son chemin, et c'est ce qu'il y a à retenir de cette belle histoire.


pour cette magnifique histoire