18/07/2018

Le Petit Chaperon rouge - Sonia Alain

Une vieille Tsigane en communication avec des esprits, condamnée à une fin tragique pour avoir découvert la vérité au sujet de sa fille. Une enfant retrouvée dans les bois, devenue plus tard une séductrice avide de vengeance. Un groupe d’hommes aux moeurs vicieuses, semant l’horreur sur leur passage. Un sergent de police acharné, tentant d’endiguer une série de meurtres barbares à caractère sexuel. Un loup rôdant dans la nuit, à la recherche d’une proie délectable.

Éditeur: AdA
Genre: Conte / Horreur / Suspense
Parution: Mars 2018









Dès le départ, nous sommes plongés au cœur d'une forêt, dans une petite maison. La femme qui y vit, Malicia, vient d'une famille Tsigane qui a certains pouvoirs dont celui de communiquer avec des gens de l'au-delà. Cette chaumière vous fera inévitablement penser à celle qui se retrouve dans le conte original: perdue au milieu des arbres. Malheureusement, Angélika, petite-fille de Malica, se retrouve bientôt seule à errer en famille d'accueil jusqu'à sa majorité où elle apprend la vérité sur la mort de sa mère et de sa grand-mère. 

Comme cela est bien inscrit sur le livre, c'est un récit pour public averti. Il faut donc s'attendre à ce que les meurtres soient bien décrits, tout autant que les actes sexuels avec et sans consentements. Les scènes sont osées alors qu'Angélika ne se contente pas seulement de tuer les hommes un à un: tout un scénario de tortures se retrouve derrière chaque meurtre. L'horreur y est bien présente, mais, en ayant en tête les sentiments, le passé et la rancune d'Angélika, elle s'atténue un peu. Crimes inhumains pour une vengeance plus que personnelle. Ses gestes sont calculés à la perfection et à la précision. D'un homicide à l'autre, la noirceur envahit peu à peu son âme. 

Sonia Alain a le merveilleux don de nous transmettre les émotions des personnages à un point tel qu'ils nous bouleversent. Ça nous prend aux tripes et on a qu'une envie: tourner les pages, encore et encore. Le seul petit détail sur lequel j'ai accroché est la grande naïveté du grand méchant: Arnaud St-Cyr, surtout dans les dernières pages. Cependant, les éléments du conte sont bien présents: la maison située en plein centre d'une forêt, la cape rouge, le panier et le loup. J'ai d'ailleurs beaucoup apprécié la présence de ce dernier. Si imposant et si fidèle, il est aux côtés de la belle jusqu'à la fin. Certes, leur relation est différente de celle évoqué dans le conte initial, mais cela apporte un peu de renouveau, de fraîcheur. Leur complicité ajoute un petit plus au récit. J'ai aussi adoré l'intervention d'un autre personnage de conte pour la guider et l'aider au cours de sa quête. Cette jeune fille (qui est, semblerait-il, présente d'un tome à l'autre de cette série) amène une aura de mystère supplémentaire. Ce que ces deux jeunes femmes ont en commun? Une terrible histoire, un passé éprouvant. Après cette lecture vous ne les verrez plus de la même façon. 

De la même auteure:
D'amour et de haine - T1: X
Les gardiens des portes - T1: X


Merci à Sonia Alain      
pour cette mystérieuse lecture

16/07/2018

Orange - T1 à T6 - Ichigo Takano

Un matin, alors qu'elle se rend au lycée, Naho reçoit une drôle de lettre… une lettre du futur ! La jeune femme qu'elle est devenue dix ans plus tard, rongée par de nombreux remords, souhaite aider celle qu'elle était autrefois à ne pas faire les mêmes erreurs qu'elle. Aussi, elle a décrit, dans un long courrier, les évènements qui vont se dérouler dans la vie de Naho lors des prochains mois, lui indiquant même comment elle doit se comporter. Mais Naho, a bien du mal à y croire, à cette histoire… Et de toute façon, elle manque bien trop d'assurance en elle pour suivre certaines directives indiquées dans ce curieux courrier. Pour le moment, la seule chose dont elle est sûre, c'est que Kakeru, le nouvel élève de la classe, ne la laisse pas indifférent…

Éditeur: Akata
Distributeur: Interforum Editis Canada
Genre: Manga / Science-fiction
Parution: Octobre 2014 - Janvier 2018







Un matin, Naho reçoit une lettre d'elle-même, venant du futur, qui essaye de guider ses décisions. Elle veut s'empêcher de refaire les mêmes erreurs et d'avoir les mêmes regrets. C'est une histoire pour le moins touchante qui jongle entre le thème du suicide, celui du futur ainsi que de l'amour et de l'amitié. Le petit gang d'amis est beaucoup uni et l'affection qu'ils ressentent les uns envers les autres est très forte. De plus, cette histoire traverse le présent et le futur (ou le présent et le passé, tout dépendamment de comment on voit les choses). Cette façon de nous promener d'une époque à l'autre, à dix ans d'intervalle, nous permet de comprendre tranquillement l'ampleur de leurs regrets, mais aussi la situation qui entoure Kakeru. 

La mangaka, qui dit ne pas être totalement satisfaite de ses dessins, m'a bien surprise par les détails qu'elle a illustrés, les traits des personnages et les paysages. Quoiqu'elle en dise, elle a un talent sublime. Du côté des personnages, Suwa est celui qui m'a le plus émue en raison des nombreux sacrifices qu'il s'impose pour le bonheur des autres. Ces gestes sont très émouvants. De l'autre côté, Hagita m'a un peu blasée par ses réactions, et la naïveté et l'ambivalence de Naho m'a un peu agacée. Elle est peu sûre d'elle et hésite à chacune de ses décisions: un tourbillon d'indécisions. Toutefois chacun des six personnages exprime une forte personnalité autant différente des autres, et l'énergie des filles (Azu et Taka) m'a parfois donné le sourire. Elles sont vivantes et elles apportent de la fraîcheur au récit. 

Cependant, je trouve que l'histoire s'étire un peu. Le premier et le deuxième tome sont géniaux, le troisième et le quatrième ralentissent, selon moi, la cadence alors que le cinquième et le sixième reprennent en force. Le titre Orange se rapporte au fruit ou à la couleur? À vous de le découvrir! Un 7e tome est prévu, je verrai en temps et lieux si l'envie me prend de le lire.






pour cette belle lecture  



13/07/2018

Les sorcières de salem - T5 - La danse du Chapardeur

La bataille finale se met en place et les deux camps se préparent avec acharnement. Ed, espion chez les inquisiteurs, aura un rôle important à jouer dans l’issue du combat. Cependant, chez l’ennemi, on le surveille et le soupçonne déjà.

Lors d’une escarmouche menée par des habitants de la clairière, Ezra est gravement blessé par Tituba. Un puissant poison l’empêche de se réveiller et les sorcières de Terwik font tout ce qu’elles peuvent pour le soigner. Abattues, Abigail et Betty craignent de perdre leur ami.

Bientôt, une nouvelle sème l’émoi parmi les sorcières de Salem : leur irréductible village sera la cible de tous les inquisiteurs de la région qui viendront prêter main-forte à Patton. Heureusement, la danse du Chapardeur, exécutée avec brio par la petite Emma, a tout pour faire renaître l’espoir. Plus décidées que jamais, la Confrérie de la Clairière et l’Alliance de Terwik s’organisent pour faire face au conflit. Mais dans cette agitation, Sam disparaît soudainement… 

Éditeur: JCL
Genre: Fantastique 
Parution: Mai 2018









Voici le cinquième et avant-dernier tome de cette série. L'histoire garde un certain intérêt grâce à l'action qu'on retrouve d'un volet à l'autre. Cette fois-ci, ce sont les villageois qui n'ont pas de pouvoirs, un groupe qui se sent un peu exclu et inutile, qui amèneront un branle-bas de combat au sein du clan. C'est alors que Tituba se met aussi de la partie: elle déploie ses pouvoirs avec force. 

Un détail m'a fait rouler les yeux au ciel: un personnage est blessé grièvement et tombe aussi dans le coma. Je dois avouer que cette scène m'a donné une impression de déjà-vu puisque c'est la deuxième fois (ou la troisième) que cela se produit au cours de la série. Chacun tombe dans cet état pour en ressortir miraculeusement au bout de quelques chapitres. Cette fois s'est, selon moi, la fois de trop. Cependant, l'auteure se concentre sur l'action et sur les événements plutôt que sur les descriptions. Cela rend le roman davantage captivant puisque nous ne sommes pas submergés de descriptions superflues. 

Comme il y a un autre tome après celui-ci, je ne m'attendais pas à lire une grosse scène de bataille et à ce que tout éclate dans ces quelques lignes. Pourtant, c'est bel et bien ce qui arrive. Nous sommes témoins d'une confrontation entre les villageois et les inquisiteurs. Ça l'explose de partout et des pertes se font sentir dans les deux clans. Leurs nombreuses heures d'entraînement sont maintenant mises à l'épreuve. Emma, de son côté, se dévoile enfin. C'est dans ce tome que nous comprenons réellement l'ampleur de ses pouvoirs et la façon dont elle les utilise. Betty apprend des révélations au sujet de sa mère et elle comprend enfin ce qu'elle a bien voulu lui dire. 

J'ai bien hâte de voir ce que nous réserve le dernier tome vis-à-vis le destin de nos amis, mais aussi de voir quelle direction prendra l'auteure parce que je trouve que la série commence malheureusement à s'étirer.

De la même auteure: 
Les sorcières de Salem - T1: X
Les sorcières de Salem - T2: X
Les sorcières de Salem - T3: X
Les sorcières de Salem - T4: X

Merci aux éditions JCL 
pour ce cinquième tome 




10/07/2018

Cartes postales du Canada - Marie-Julie Gagnon

Le Canada célèbre son 150e anniversaire en 2017, mais bien avant que ses frontières soient officielleme/1nt tracées, le territoire avait déjà beaucoup d’histoires à raconter… Il suffisait d’ouvrir les yeux et de tendre les oreilles…

Passionnée d’histoire, Marie-Julie Gagnon nous fait découvrir son Canada, celui qui ne cesse de l’étonner. Elle nous guide aussi vers des contrées rêvées, des magnifiques montagnes Rocheuses de l’ouest du pays aux îles de la Madeleine battues par les vents en passant par les îles Mingan et leurs géants de calcaire forgés par la mer. Elle nous transporte à l’époque de la ruée vers l’or, de la construction du chemin de fer transcontinental et des premiers balbutiements du tourisme dans le pays. Entre un cocktail à l’orteil au Yukon, le surf en Colombie-Britannique, les dinosaures de l’Alberta, les Vikings de Terre-Neuve-et-Labrador, les ours polaires et les bélugas de Manitoba, Marie-Julie Gagnon nous brosse le plus authentique et enthousiasmant portrait d’un pays aux mille visages.

Éditeur: Michel Lafon
Genre: Voyage / Aventure 
Parution: Avril 2017









Selon ce qu'on m'en avait dit, je m'attendais à quelque chose de différent. Je pensais davantage à un guide, un itinéraire détaillé, des conseils, des suggestions. La forme m'a un peu déboussolée, mais, tout de même, j'ai décidé de m'y lancer en me disant: Que sera sera. Finalement, ce livre m'a réservé quelques surprises. Dès le premier chapitre, on se rend compte que l'auteure a un grand sens de l'humour et de l'autodérision. C'est carrément rafraîchissant, plaisant à lire. Elle nous peint différents portraits et paysages à l'aide de données historiques ainsi que d'anecdotes du passé et de son cru, et ce, tout en apportant des renseignements sur les lieux en tant que tels et sur la construction des bâtiments. 

Le chapitre qui m'a le plus intriguée est celui sur les dinosaures pour les informations et ce côté captivant qu'ont ces grosses bêtes. C'est un chapitre qui m'a fascinée du début à la fin. Tout au long du roman, l'auteure reste intègre en se dévoilant personnellement (ses peurs ainsi que toutes les petites choses qui l'émerveillent). Elle nous fait part, tout simplement, de la beauté dont elle est témoin pour nous éblouir à notre tour. Elle nous fait rêver, voyager: elle nous transmet l'envie de visiter ses lieux. De l'Ouest à l'Est et du Nord au Sud, elle nous amène au Yukon, aux îles de la Madeleine, au Manitoba, à Toronto, en Nouvelle-Écosse, au Québec et plus encore. 

Parfois, il y avait un peu trop de détails historiques et de dates pour moi, mais les amateurs de voyage et d'Histoire sauront profiter pleinement de cette lecture. C'est la raison pour laquelle j'ai placé ce livre sur ma table de chevet: pour le lire tranquillement, un à trois petits chapitres par soir. En refermant ce livre, on a l'impression d'avoir partagé, l'espace de quelques instants, des parcelles de vie d'une nouvelle amie. 



06/07/2018

Dévorés - Charles-Étienne Ferland

Dans ce roman d'aventure post-apocalyptique, les réserves alimentaires du globe et les cultures agricoles sont ravagées par une nouvelle espèce d'insecte jusqu'à ce qu'il ne reste presque plus rien à manger. Alors, cet insecte adopte une nouvelle proie: l'être humain. Quiconque se risque à l'extérieur lorsqu'il fait clair est voué à un destin funeste. Dans les décombres de Montréal, Jack, Francesco, Chad et Maddie tentent de survivre. Séparé de ses amis lors d'un conflit avec d'autres survivants, Jack se réfugie dans le laboratoire du Dr. Wallace. Celui-ci étudie la nouvelle espèce en compagnie de Manjula, Jose, Lauren et Nina. C'est avec ce nouveau groupe que Jack passe l'hiver. Ensemble, ils enquêtent sur ledit insecte. À la venue du printemps, Jack quitte la ville avec Manjula pour revoir la maison où il a grandi, en banlieue de Montréal. À leur retour au laboratoire, ils retrouvent le reste du groupe assassiné par d'autres survivants. Jack perd la tête. Manjula s'enfuit.

Éditeur: L'Interligne
Genre: Science-fiction
Parution: Février 2018







La mise en scène est intéressante: Jack et ses amis sont en cours et leur professeur leur donne un exercice à faire découlant de la question suivante: "Vous êtes-vous déjà demandé si l'espèce humaine allait un jour s'éteindre?". Il aborde alors la dégradation des écosystèmes, la perte de la biodiversité et les extinctions accélérées; tous des sujets qui portent à la réflexion. Au fil des pages, de bonnes personnes sont transformées en monstre; la moralité est disparue en même temps que la moitié de la population. La survie prime parfois au prix de la vie des autres. Ce besoin primordial de s'en sortir supplante les bonnes valeurs et la bonne foi des gens. C'est bouleversant et certains gestes posés amènent une introspection: "Que ferions-nous dans leur situation?", "Serions-nous mieux qu'eux?". 

Quelques lignes au début et au milieu du livre contiennent des termes qui ont ralenti un peu ma lecture par la recherche que j'ai faite pour ma compréhension: phytophage, cristaux parasporaux, cultivars transgéniques... Cependant, comme il y a toujours deux côtés à une médaille, ces beaux et grands mots apportent aussi du poids au récit. Un seul petit détail m'a un peu perturbée: la grosseur des guêpes qui semblent un tantinet irréalisme. Les personnages se font attaquer par ces bestioles qui mesurent maintenant près d'un mètre. Personnellement, elles auraient pu être deux fois moins longues. Je crois que le récit aurait été aussi apocalyptique, épeurant et un brin plus plausible. Mais la façon que l'auteur, qui étudie en entomologie, a de narrer le récit ainsi que les mots qu'il emploie démontrent qu'il expose un sujet qu'il connaît très bien. Au final, il réussit donc à nous fait croire à cette histoire.

En recevant le livre, j'avais hâte de voir si l'auteur réussirait à nous mettre dans l'ambiance, à nous faire embarquer dans l'histoire et à avoir un bon développement en seulement quelques pages, deux cent dix pour être plus précise. À la suite de cette lecture, que j'ai dévorée beaucoup trop rapidement, je vous assure que oui! C'est un récit vraiment captivant, du début à la fin, grâce à l'action présente, à la situation précaire et à cette ambiance prenante qui nous fait craindre pour la vie de chacun des personnages auxquels on s'attache. À la fin de ce premier tome, certains détails sont élucidés et les protagonistes survivants tiennent une piste solide. De belles révélations nous font regretter de ne pas avoir le deuxième volet sous la main. Fanatique de livres (et films) catastrophes j'ai adoré ma lecture: vivement la suite que j'attendrai avec impatience. 


pour cette aventure      


   

03/07/2018

Warcross - Marie Lu

Quand le jeu de réalité virtuelle Warcross envahit la planète, son créateur est à deux doigts de contrôler l'esprit des gens ! Seule Emika est capable de déjouer ce plan terrifiant… au péril de sa vie.

Emika Chen, 18 ans, est chasseuse de primes à Manhattan. Lorsqu'elle pirate le jeu de réalité virtuelle Warcross, elle est contactée par le créateur du jeu, Hideo Tanaka. Impressionné, il a un travail à lui proposer. Elle intègrera le prochain tournoi Warcross et devra débusquer le pirate Zéro, qui en veut au jeu et à Hideo. Mais Zéro est-il vraiment le plus à craindre ?

Éditeur: PKJ 
Distributeur: Interforum Editis Canada
Genre: Science-fiction
Parution: Février 2018








J'ai adoré plonger dans cet univers où le virtuel et le réel sont superposés avec une telle facilité. Les habitants de ce monde vivent au quotidien dans une réalité augmentée. La majorité des décors et des paysages qui les entourent sont embellis et métamorphosés à l'aide de lunettes. Les éléments amenés par la réalité virtuelle amènent un bonus, un intérêt supplémentaire. En fait, ce sont les lunettes qui transposent des éléments virtuels au décor réel. L'objectif des habitants? Gagner le plus de points pour faire croître leur popularité et accéder, ainsi, à des privilèges. C'est un univers futuriste qui pourrait très bien être le nôtre d'ici quelques années. Ce livre, ce monde, nous fait réfléchir sur la technologie, la science qui va toujours plus loin d'année en année, mais aussi sur certaines questions d'éthique. 

Honnêtement, cela m'a pris un peu de temps pour embarquer totalement dans l'histoire, mais lorsque le tournoi débute, il est impossible de ne pas sentir une certaine fébrilité, une envie de découvrir le déroulement de la manche en cours et celle qui suivra. L'action est au rendez-vous et plusieurs coups sont imprévisibles. Emika est une jeune femme impulsive, au caractère de feu, et pas docile du tout. Il est évident qu'elle ne suivra pas les règles, mais les gestes qu'elle pose sont parfois surprenants. Elle a de nombreuses qualités qui m'ont plu: elle est prête à tout pour défendre ce à quoi elle croit et ceux à qui elle tient. Rusée et intelligente, elle sait quoi faire et comment le faire. Côté personnages, j'aurais aimé que certaines amitiés soient plus développées, que l'auteure s'y penche davantage. J'espère que le tome suivant viendra combler ce désir. J'ai beaucoup aimé Hammie, Roshan et Asher, et j'en veux davantage.

Au milieu de toute cette action, une romance évolue, mais ce lien semble cliché et un peu trop facile: le milliardaire au cœur de pierre qui s'entiche d'une jeune fille qui n'a jamais un sou en poche et pour qui survivre n'est pas facile. Vous voyez le genre? Cependant, Marie Lu implante une belle quantité de détails, sans nous ennuyer, mais juste assez pour bien nous faire comprendre les rouages de ce monde. De plus, l'auteure a vraiment su me surprendre tout au long du récit jusqu'à la révélation finale. Totalement prise par l'histoire, je n'ai jamais vu la fin arriver et je me suis retrouvée béate, à la dernière page, à souhaiter la sortie du deuxième tome dans un avenir plus que rapproché. 



pour ce voyage virtuel 

 

01/07/2018

Bilan du mois - Juin 2018


                                                                    


Mon top 3:
Averia - T6 - Kodos - Patrice Cazeault (X)
Dévorés - Charles-Étienne Ferland (X)
Underwater - Le village immergé - T1 & T2 - Yuki Urushibara (X)

L'avis mitigé du mois: 
Un fantôme pour l'Empress - Mireille Noël (X)

Autres lectures agréables du mois:
Des nouvelles de Cap Maillant - Claudine Ducasse (X)
Les sorcières de Salem - T5 - La danse du chapardeur - Millie Sydenier (X)
Cartes postales du Canada - Marie-Julie Gagnon (X)
Warcross - T1 - Marie Lu (X)






Origines des auteurs: 
Québec: 5
Japon: 2
États-Unis: 1
France: 1

Genre lu: 
Science-fiction: 3
Fantastique: 3
Récit: 1
Aventure: 1
Suspense: 1






Interforum Editis Canada:
Orange - T1 - Ichigo Takano (Akata)
Orange - T2 - Ichigo Takano (Akata)
Orange - T3 - Ichigo Takano (Akata)
Orange - T4 - Ichigo Takano (Akata)
Orange - T5 - Ichigo Takano (Akata)
Orange - T6 - Ichigo Takano (Akata)