27/10/2020

Les chiens - Patrice Godin

 

«Bien sûr, avoir confiance en Sam n'était pas un problème pour Alexia. Elle savait de quoi il était capable. Elle avait vu de ses propres yeux sa force brute se déployer, la colère froide qui l'habitait. N'empêche, il y avait ce sentiment de peur qui revenait sans cesse en elle. Ce n'était pas comme avant, pas la même peur, c'était… différent.»

Près de deux ans après les événements de Sauvage, baby, alors qu'Alexia a enfin trouvé un sens à sa vie, Sam a de plus en plus d'épisodes de stress post-traumatique. Hanté par ses souvenirs, il n'arrive à garder la tête hors de l'eau que grâce à la présence d'Alexia à ses côtés. Un matin, Gabriel et Laëtitia Kowalski, des fantômes assoiffés de vengeance surgis du passé de Sam, viennent réclamer son âme. Les chiens sont lâchés. Les quarante-huit heures à venir seront un passage en enfer. Alexia devra aller au-delà d'elle-même pour sauver celui qu'elle aime.

Éditeur: Libre expression
Genre: Suspense
Parution: Septembre 2020








Ce livre, la suite du roman Sauvage, baby, débute durement, dans la cruelle réalité de ce que Sam, le personnage principal, a enduré avec ses frères d'armes. Reculant de dix ans en arrière, Sam livre, par morceaux, des moments de son passé et de l'enfer qu'il a vécu. Il laisse entrevoir un infime fragment de sa vie, qui a le pouvoir, à lui seul, de causer des cauchemars récurrents. En tant que lecteur, nous sommes complètement envahis par ses sombres pensées, par ses lugubres réminiscences qui lui reviennent sans cesse en tête, et l'on comprend aisément ses tourments. 

Alors qu'un drame éclate au sein de sa famille, Sam use de ses sources pour mettre la main sur le coupable. En parallèle, l'auteur expose les faits et gestes de Gabriel Kowalski et de sa nièce, Laëtitia, deux êtres cruels et sans scrupules, qui baignent dans l'illégalité jusqu'à la moelle. Patrice Godin développe vraiment le côté psychologique des personnages grâce à leurs pensées, leurs ressentiments et leurs histoires personnelles.

Avec Gabriel, un criminel endurci, barbare et violent, l'on côtoie la noirceur humaine. Alors que son plan ultime est connu, l'on essaie de ralentir le rythme de notre lecture, sans succès, par peur des conséquences. On lit la peur au ventre pour Samuel et sa famille. Quant à Alexia, sa conjointe, elle est aussi mise à l'épreuve, et elle tente de transformer cette peur qui la gruge depuis trop longtemps, qu'elle souhaite enfin mettre de côté. Lorsque de mauvais sentiments à l'égard de quelqu'un mijotent pendant plusieurs années et qu'ils deviennent une vengeance personnelle, il n'y a pas d'autres issues qu'un carnage. Les chiens est définitivement mon roman préféré de cet auteur, pour le moment!

De la même série:
Sauvage, baby: X

Du même auteur:
Boxer la nuit: X

Merci à Librex      
pour ce roman captivant




23/10/2020

Les deuxièmes fois - T1 - Nouvelle vie - Julienne Bertaux

 

Après douze ans de mariage et une vie de famille classique, Jeanne a décidé de reprendre son destin en main. Elle a quitté son mari pour vivre seule avec ses trois enfants.

Elle a cru que la suite logique était de revivre une autre histoire d’amour. Mais une fois qu’elle a goûté à la liberté retrouvée, elle s’est découverte comme elle ne l’avait pas imaginé.

C’est le début d’une nouvelle vie surprenante. Pour Jeanne, l’avenir est à construire, avec la chance de vivre des « deuxièmes fois ».

Éditeur: Victor et Anaïs
Genre: Récit
Parution: Juin 2020








Malheureuse dans son couple, dans cette triste routine quotidienne qui s'est installée et dans laquelle elle n'est plus bien, Jeanne décide de partir de son côté. Elle partage la garde de ses trois enfants avec son ex-conjoint, Charles, une fin de semaine sur deux. Autant la mère que les enfants doivent s'adapter à ce mode de vie bien différent de ce qu'ils ont connu: nouvelle maison et école ainsi qu'un travail, après des années d'arrêt, qui amène un chamboulement au niveau de l'horaire. Chacun d'entre eux réagira à sa façon. Entre son grand garçon plutôt maussade et sa petite fille qui se renferme, Jeanne doit aussi gérer ses tâches au boulot ainsi que l'attitude déplaisante à son égard de son ancien amoureux. 

L'auteure offre une récapitulation du passé de Jeanne et Charles, de leur rencontre au présent, en mettant des mots sur leurs beaux moments, mais également sur ces déceptions et ce mal-être qui ont éclaté en divorce. Le lecteur suit Jeanne au quotidien: routine familiale, souvent stressante et chaotique, travail, retour à la maison, sans oublier les rendez-vous à l'agenda. J'avais réellement l'impression de courir avec elle, d'être autant essoufflée qu'elle.

Cependant, j'ai eu de la difficulté, à quelques reprises, avec les changements de scènes alors que l'auteure, d'une phrase à l'autre, dans le même paragraphe, fait un bond de plusieurs jours, sans avertissement. Cette façon d'écrire est singulière et différente de ce que j'ai l'habitude, et cela m'a un peu désarçonnée. Cela dit, ce fut le seul point moins positif de ma lecture. 

Pendant les quelques semaines durant lesquelles se déroule le roman, Jeanne fait des découvertes à son sujet, sur ses besoins et la réalité qui l'entoure, qui l'amènent à voir la vie autrement. De ce fait, cela nous porte à nous poser des questions, à nous demander ce qui nous ferait du bien, à nous interroger sur notre bonheur. Jeanne se sent revigorer, jusqu'à ce qu'une bombe explose, une détonation sur laquelle nous laisse l'auteure et qui me propulsera, assurément, à lire la suite. 


Merci à Victor et Anaïs      
pour ce récit empreint de réalité





16/10/2020

Ma vie de gâteau sec - T3 - Ma vie de jujube doré - Élizabeth Baril-Lessard

 

Malgré les chamboulements du retour fracassant de Théo dans sa vie, Louane a réussi à maintenir sa bulle de protection personnelle intacte. Il ne lui reste maintenant qu’un objectif ultime : enfin terminer son secondaire ! Mais son école au directeur muni d’une épaisse moustache expressive n’a pas fini de lui réserver des surprises. D’un nouveau défi à l’autre, dont ceux d’écrire une scène de théâtre pour un cours et de participer à son bal de finissant, Louane commence à trouver sa bulle trop petite pour pouvoir y respirer aisément. À partir de quel moment se donnera-t-elle le droit de demander de l’aide ? Elle réalisera que la vie normale qu’elle souhaite tant peut très bien être aussi brillante que ses souliers magiques et aussi pétillante qu’un jujube doré !

Éditeur: Les Malins
Genre: Récit
Parution: Septembre 2020






Louane a maintenant seize ans et est en dernière année du secondaire. Tout va dans la continuité alors que nous la retrouvons en juin lors du spectacle d'art dramatique de fin d'année qu'elle a pratiqué dans le tome précédent. Dans ce tome-ci, l'auteure focalise le récit sur les relations de Louane, autant en amitié qu'en amour. Alexie, Olivier, Théo et Alice sont toujours de la partie et ils nous surprennent tous, à leur manière, certains positivement et d'autres, malheureusement, plutôt négativement. Un retour sur la scène finale du deuxième volet est aussi fait pour nous permettre de bien comprendre le tout. 

La façon dont Louane explique les situations qu'elle vit et ses émotions est originale et singulière. C'est une de ses caractéristiques qui fait son charme. De plus, la plume de l'auteure est tout à fait crédible et nous faire vraiment croire aux personnages, à l'adolescente de seize ans. Les problèmes que ces jeunes vivent sont complexes et, heureusement, ils ne se règlent pas en deux temps, trois mouvements, ce qui est plutôt fidèle à la réalité. Au fil des lignes, l'auteure met sur le tapis l'importance d'utiliser les ressources à notre disposition qui sont susceptibles de nous fournir de bons outils pour nous aider à cheminer. Et, surtout, que même si cela va mieux, qu'il est nécessaire de ne pas les lâcher à la première parcelle de soleil. 

Les chapitres sont excessivement courts: nous passons de l'un à l'autre sans même nous en rendre compte. Les références à Harry Potter, série culte, imagent bien les pensées de Louane, comme toutes ses autres comparaisons d'ailleurs. Elizabeth a une façon d'écrire, de raconter qui est unique, marquante et juste. Le trouble anxieux de Louane évolue et se manifeste maintenant différemment. Malgré tout, cette dernière fait face aux obstacles qui se dressent sur son chemin avec une grande maturité, de plus en plus évidente, et j'ai bien hâte de découvrir la suite de son histoire. 

De la même série:
Ma vie de gâteau sec, tome 1: X
Ma vie de jello mou, tome 2: X

Merci aux éditions Les Malins
pour cette belle suite      


14/10/2020

Demain, maybe - T1 - Le duel - Anick Claveau

 

Sur un pont, l’âme en peine, Odessa veut s’enlever la vie. Au même endroit, au même moment, elle se retrouve face à un inconnu ayant la même intention.

– Va-t’en, j’ai rendez-vous, lui dira-t-elle.
– Non, toi va-t’en, j’étais là le premier, répondra-t-il.

Odessa devra modifier ses plans sans toutefois changer son but : mourir à tout prix avant ses dix-huit ans. Engagée contre son gré dans un combat entre la vie et la mort, elle sera projetée dans une quête où rester en vie n’est pas une option.

Éditeur: Victor et Anaïs
Genre: Drame
Parution: Août 2020







Dans ce livre, nous faisons la rencontre d'Odessa, âgée de 9 ans, abandonnée par son père avant sa naissance et brisée par le décès foudroyant de sa mère. Dès les premières lignes, j'ai été subjuguée par la plume poétique d'Anick Claveau, par la façon dont elle nous livre la douleur d'Odessa avec une grande douceur. La souffrance de cette fillette, qui grandit rapidement sous nos yeux, m'a transcendée, touchée. Elle côtoie l'idée de la mort quotidiennement et, en tant que lecteurs, nous ne pouvons que lire, impuissants, accrochés à ses pensées, en espérant qu'elle choisisse une autre voie, qu'elle entrevoit enfin la lumière au bout du tunnel.

"Ce qui peut sembler banal pour l'un
 est sans doute un cauchemar pour l'autre.
Malgré toute la science,
il est impossible de quantifier la peine,
l'abandon, le rejet."

Il y a aussi Emmy, la généreuse et sensible travailleuse sociale d'Odessa, qui voudrait tant prendre un peu de sa douleur, ou du moins trouver le moyen de l'atténuer. Elle est là pour la jeune fille et elle ne demande qu'à l'aider. Son empathie face à la situation d'Odessa m'a remuée. Zarha et Milanne sont également deux personnages clés de l'histoire. Leur présence ajoute du suspense en plus de faire dégringoler les grains du sablier du temps encore plus rapidement. J'ai bien hâte de voir leurs prochaines interactions dans les tomes suivants. 

Demain, maybe est un livre infiniment triste et captivant sur le deuil. Un bouquin que l'on ne peut pas lâcher avant d'en lire le dernier mot. C'est un récit qui aborde les souvenirs, les objets et les personnes qui nous rappellent l'être cher perdu qui nous manque au plus profond de nos tripes. L'écriture d'Anick est intelligente. Elle use de jolies comparaisons et métaphores reliées au cirque, là où sa mère exerçait son métier, là où Odessa a passé son enfance. Cette histoire est une course contre la montre, de laquelle la mort est la seule destination envisagée, mais dont la fin vous sciera les jambes. 



pour ce roman poignant



12/10/2020

Maudits voisins - Cynthia Maréchal

 

Jenny et Guillaume se réjouissent à l’idée d’emménager enfin dans leur propre condo. La désillusion sera grande lorsque les amoureux découvriront que leur voisine de palier n’est pas, comme ils l’espéraient, une vieille dame sympathique, mais plutôt un culturiste, sa compagne haute en couleur et leur gros chien agressif.

Ailleurs, au cœur d’une banlieue tranquille, Catherine, Pascal et leurs jumeaux voient eux aussi leur quotidien bouleversé quand de nouveaux venus s’installent à deux pas de leur maison. Le trio composé d’un homme grognon, d’une femme étrangement effacée et d’un enfant au comportement pour le moins déconcertant menace de troubler leur sérénité.

Spécialiste des prévisions, Sylvie se trouve pourtant devant un imprévu : l’animatrice météo est courtisée par une vedette de la télé tandis que son époux, le comédien Luc Rivest, connaît une période de sécheresse professionnelle. La situation s’envenime au moment où des voisins fraîchement débarqués dans leur quartier cossu se mettent à les épier.

À mesure que les énergumènes siégeant de l’autre côté de la clôture perturberont le cours de leur vie, les trois familles livreront malgré elles certains secrets. Résisteront-elles aux impertinences de tous ces maudits voisins ?

Éditeur: Les Éditeurs Réunis
Genre: Récit 
Parution: Septembre 2020








J'ai décidé de lire ce bouquin la journée où ma fille est rentrée à l'hôpital pour se faire opérer. J'espérais rire un bon coup, me divertir et me changer les idées, mais, malheureusement, je l'ai refermé avec un avis plutôt mitigé. Il aurait été intéressant de voir des maudits de bons voisins, et pas seulement des êtres bourrus et fatigants. Il y a quelques parcelles de positivisme, mais trop peu et trop tard, selon moi. Les actions des personnages et les mésaventures qui leur arrivent sont plutôt tristes et alourdissent le récit. De plus, l'auteure répète souvent les mêmes informations, notamment au sujet du côté écologique de Guillaume et de Jenny et sur la salle de jeux vidéo des enfants Petit. 

Du côté des personnages, Catherine Petit fut celle qui m'a le plus charmée. Sa gentillesse, son authenticité, l'énergie qu'elle dégage et sa propension à tendre la main à sa voisine et à son fils font d'elle une femme bien aimable. D'ailleurs, la relation qu'elle développe avec Estelle crée des scènes agréables. C'est vraiment leur histoire, à elles deux, qui m'a rattachée au récit, qui m'a poussée à tourner les pages jusqu'à la dernière. 

Les quelques derniers chapitres, là où le positif se pointe enfin, sauvent la mise. Bien sûr, les personnages évoluent bien et les éléments qui amènent de la lourdeur au début finissent par s'alléger, mais la succession des scènes malheureuses ne m'a pas convaincue. Finalement, tout le monde semble trouver sa voie et certains nous surprennent par leurs décisions. Aussi, ce fut bien amusant de voir les personnages de ce roman croiser la route de certains autres issus des livres précédents. En bref, je n'ai pas détesté ma lecture, mais je m'attendais à rire davantage, à lire quelque chose de plus gai. J'ai préféré Maudites vacances de la même auteure. 

De la même série:
Maudites vacances: X


pour ce roman        







07/10/2020

Pourtant, je suis là - Camilla Sironi

 

Rose a toujours eu le gène du bonheur et la tendance à laisser sa marque. Auteure affirmée d’origine montréalaise, elle habite depuis quelques années dans une petite propriété en Provence, où elle mène une vie solitaire, cadencée de routines, d’amitiés désengagées et de travail. Elle porte le bagage d’un passé dissolu dont on devine encore le sillage. Ravissante malgré l’âge, d’une intelligence et d’une ironie perçantes, indifférente face au jugement d’autrui, elle est considérée par les villageois avec la curiosité que l’on réserve à un animal sauvage.

Un soir, elle aperçoit son fils Antoine à la télévision, lui qui avait quitté sa maison douze ans auparavant et ne lui avait envoyé que quelques nouvelles de ses voyages autour du monde. Le revoir soudainement, sous les traits d’un homme, bouleverse Rose. Elle décide donc de le retrouver avec l’aide d’un ami, grâce aux quelques indices qu’elle a sur lui.

Éditeur: Au carré
Genre: Récit
Parution: Septembre 2020









Dans ce livre, nous faisons la connaissance de Rose, une dame charmante qui se dévoile peu à peu. Par des bribes de son passé et de courtes rencontres avec les gens de la place, nous apprenons à la connaître davantage. L'auteure utilise des mots et fait des descriptions qui nous font bien ressentir les regrets et l'amour que cette mère porte à son garçon parti à l'étranger, il y a déjà plusieurs années, en ne donnant que brièvement des nouvelles. Avec une belle transparence, Rose aborde ses amourettes, sa grossesse, ses problèmes personnels et la naissance de son fils Antoine. 

Après avoir aperçu la chair de sa chair à la télévision, après des années de silence, Rose décide de se lancer à sa recherche dans le fol espoir de revoir son fils. L'auteure immerge complètement le lecteur dans son récit, mais, plus encore, en France et en Italie, là où se déroule l'intrigue. Aussi doux que la page couverture, les mots de Camilla Sironi guident nos yeux d'une ligne à l'autre découvrant l'histoire bouleversante de cette femme et son fils. 

Les promenades au cœur de l'Italie, le repas pris au restaurant du coin, les descriptions, les odeurs et les saveurs m'ont transportée, bercée et donné l'envie de m'y balader.  Quoiqu'il y ait une décision de la part de Rose que j'ai de la difficulté à comprendre,  la façon dont l'auteure s'y est prise pour raconter cette histoire, pour tisser les liens entre Rose et Antoine, fait de ce premier roman, un récit touchant. Les émotions sont vives et l'auteure réussit bien à les transmettre. Ce livre relate une parcelle de vie de deux êtres blessés, mais liés, qui essaient de se colmater et de se pardonner avec respect, au contact l'un de l'autre.


pour cette charmante lecture





06/10/2020

Veuve de chasse, tome 2, Laurence - Marie-Millie Dessureault

                                                                               

Que se passe-t-il quand une fille de la ville, déménagée en région il y a un mois seulement, doit gérer seule les deux garçons de son chum, une belle-mère déplaisante et un félin diabolique ?

Réponse : beaucoup trop de choses !

Quand mon amoureux m’a abandonnée pour un orignal (OK, j’ai été naïve de lui donner ma bénédiction), tout allait bien. C’est cinq minutes après son départ que ça s’est gâché…

À quel âge les enfants commencent-ils à se lever à une heure normale ? Où se cache donc le maudit chat ? Qu’est-ce qu’on met dans un lunch pour des papilles difficiles ? Comment ça, des poux ?!?

Est-ce que cette nouvelle vie est vraiment faite pour moi ? Je n’en doutais pas, jusqu’à ce que j’aille au fameux party Veuve de chasse…

Éditeur: De Mortagne
Genre: Chick-lit
Parution: Septembre 2020







Dans ce deuxième tome, le lecteur revit la même soirée Veuve de chasse que celui décrit dans Julia. Cependant, cette fois, c'est selon le point de vue de Laurence et cela permet d'en apprendre davantage à son sujet. Lorsque j'ai compris que le scénario de départ serait le même que celui du premier volet, qu'il se déroulerait au même endroit avec le même trio, je pensais m'ennuyer et, fort heureusement, grâce à Laurence qui amène sa couleur, je me suis totalement trompée. Ironie et humour font décidément partie d'elle, et c'est ce qui nous permet de passer un excellent moment en sa compagnie. De plus, les jeux de mots avec l'anatomie masculine et certaines pratiques et positions sexuelles sont hilarants, autant que les phrases à double sens. 

Laurence est une femme plutôt admirable et ses tentatives pour substituer les sacres lorsqu'elle s'exprime, pour épargner les oreilles de ses beaux-enfants, sont drôles et adorables. Aussi, les références qu'elle utilise, désuètes pour les jeunes de son conjoint, mais délectable pour les lecteurs, créent un décalage amusant entre Laurence et les garçons. En plus de plonger tête première dans la routine scolaire, seule pour la première fois, elle doit gérer les frasques du chat, qu'elle a affectueusement surnommé, ironiquement parlant, et l'attitude déplaisante de sa belle-mère. Quant à son conjoint parti à la chasse, il est quand même un peu présent grâce à une idée qu'il a mise en place et qui m'a totalement charmée. 

J'avais déjà lu un autre roman de cette auteure qui ne m'avait malheureusement pas convaincue. J'ai bien fait de lui donner une deuxième chance: cette lecture m'a ravie, et plus encore puisque ce tome est un véritable coup de cœur. Au milieu du trio de femmes, Sandrine se fait discrète. Elle est la plus effacée et j'ai bien hâte de découvrir son histoire dans le troisième volet qui ne tardera pas trop à se pointer le bout du nez!

De la même série:
Veuve de chasse, tome 1, Julia: X




Merci à Mortagne    
pour ce récit divertissant