31/03/2020

Pour le temps qu'il me reste - Sandra Lemire Wolf


Des taches grises sur la langue et le palais. Un teint livide. Une santé fragile. Claire Verrier ne se doutait pas que ces symptômes en apparence bénins cachaient en réalité une leucémie aiguë et incurable. Dévastée, elle décide de garder secret son état et de partir à l’aventure afin de profiter au maximum du temps qu’il lui reste.



À la recherche de dépaysement et de rencontres exaltantes, la jeune femme met le cap sur l’Italie. Avec ses repas copieux et ses jeux de séduction invitants, la destination ensoleillée remplit tout à fait son mandat auprès de la malade. Mais quand les fonds viennent à manquer, Claire n’a d’autre choix que de rentrer à la maison.


Alors que sa condition se détériore, elle se sent de plus en plus seule et déprimée. Heureusement, il y a Ramsay, ce toutou impétueux qu’elle a sauvé d’une mort certaine, et Gilles, cet amant au sourire ravageur qu’elle fréquente passionnément, pour lui apporter le réconfort dont elle a besoin. Et puis il y a ses parents, de qui elle pourrait bien se rapprocher, si elle faisait la paix avec ses blessures d’enfance…

Éditeur: Les Éditeurs Réunis
Genre: Drame
Parution: Février 2020








Le prologue débute lourdement avec une Claire défaitiste, mais il faut s'y attendre un peu avec le sujet exploité. Ensuite, l'auteure recule à ce qui l'a mené à consulter ainsi qu'à son diagnostic. Malheureusement, j'ai eu de la difficulté à m'attacher à cette femme. Peut-être est-ce dû à son mode de vie complètement différent du mien. Elle invente mensonge par-dessus mensonge à son patron, à une collègue de travail et aux gens qu'elle rencontre. Aussi, elle privilégie les histoires d'un soir avec des hommes croisés au fil de ses journées, des inconnus dont elle ne connait, parfois, même pas le nom. 

Tout au long du roman, Claire plonge dans les souvenirs reliés à son père et à son enfance. C'est ainsi que l'on en apprend davantage sur sa vie. Toutefois, le récit m'a semblé décousue par moment. Quelques fois, j'ai eu l'impression de sauter d'une scène à l'autre et je crois que certaines auraient pu être plus exploitées, notamment le bénévolat de Claire. 

Cependant, des points positifs sont tout de même présents. J'ai aimé le voyage à Rome ainsi que les visites au Colisée et à la Basilique Saint-Pierre. Également, des gens extraordinaires croisent son chemin tels que François et Hugo, deux hommes rassembleurs qui ont une joie de vivre contagieuse et qui partagent une belle complicité. Il y a aussi Ramsey et Alice, deux êtres vivants qui guideront son chemin et modifieront le ton de l'histoire. Finalement, je m'attendais à un livre plus lumineux, dans lequel le parcours du personnage principal est plus introspectif. Néanmoins, les anecdotes du passé amènent un petit baume à ce triste récit. 


pour cette découverte    




30/03/2020

Bilan du mois - Mars 2020



                                                                    

Mon top 3:
Ma bucket list - Sylvie G. (X)
La fuite - T1 - Stéphanie Gervais (X)
Ma vie de jello mou - Elizabeth Baril-Lessard (X)

L'avis mitigé du mois: 
Pour le temps qu'il me reste - Sandra Lemire Wolf (X)

Autres lectures agréables du mois:
Enchantement - T1 - La pierre de lune - Evelyne Contant (X)
Dix jours - Brigitte Huppen (X)
Et soudain, tu n'étais plus là - R.J. Jacob (X)
Le Soutermonde - T1 - Sammy Sans-Def - Annie Bacon (X)

Les trois mousquetaires - Alexandre Dumas (Pas de chronique)
La vie par 7 - Holly Goldberg Sloan (Pas de chronique)






Nationalité des auteurs: 
Québec: 7
États-Unis: 2
France: 1

Genre lu:
Aventure: 2
Récit: 2
Suspense: 2
Chick-lit: 1
Drame: 1
Fantastique: 1

Ma PAL: 87









Challenge Hivernal:
Terminée en 3e
Pointage: 104

Challenge Printanier: 
Position: 3
Pointage: 8 points

Challenge Pige m'en trois (Janvier-février-mars):
Lire un des trois livres choisi par un binôme
Réussi en janvier avec Histoires de filles à la télé

Challenge Serpents et échelles:
Terminé en 1er position !!!

Challenge mystère:  
Lire un livre dont le protagoniste est un animal
Réussi avec Le Soutermonde, tome 1, Sammy Sans-Def

Challenge la musique et la littérature: 13/25

Goodread: 33/100


26/03/2020

La fuite - Stéphanie Gervais


Après qu’une funeste pandémie ait dévasté la Terre, la famille Scott se retrouve dans une colonie de survivants entourée d’espaces sauvages où des mutants sanguinaires n’attendent que l’occasion de les dévorer. Grâce à un sacrifice de leur père, Sofia, 14 ans, et Philip, 6 ans, réussissent, en compagnie de leur mère, à gagner une colonie beaucoup plus sécuritaire. Mais les deux enfants ne sont pas au bout de leurs peines. Ils devront s’arracher à leur mère et se lancer dans une quête désespérée, au cœur d’un univers hostile où le danger les guette à chaque instant, pour sauver leur vie… et peut-être assurer la survie de l’humanité.

Éditeur: Boomerang

Genre: Suspense / Science-fiction / Horreur
Parution: Février 2020












Sofia Scott, quatorze ans, écrit un journal pour se désennuyer. La mise en page, créée en conséquence, donne vraiment l'impression de se plonger dans son cahier, dans ses pensées. Cette dernière, mature, curieuse et maternelle ainsi que son frère Philip, âgé de six ans, consciencieux, très sage et sensible aux émotions des autres rendent ce récit palpitant. Un lien très fort les unit et les pousse à s'écouter attentivement. 



L'auteure transporte les lecteurs dans un monde de science-fiction dans lequel une pandémie a fait énormément de ravage: un brouillard permanent, des gens confinés et des mutants carnivores d'origine humaine sont quelques éléments clés de leur vie, sans oublier tous les objets qui ne fonctionnent plus comme le téléviseur et les voitures. Également, plusieurs composantes amènent des questionnements: le secret que partagent les parents des deux jeunes, l'événement qui a tout déclenché, les différentes colonies et la résistance, entre autres. Grâce aux embûches et aux péripéties que vit le duo frère-sœur, l'ambiance est captivante. Plus encore, elle est prenante, tellement que cela est bien difficile de déposer le livre. Je ressentais la peur de Sofia et de Philip au creux de mon ventre. Le rythme est rapide, voire haletant. Quant à l'horreur, elle est bien présente, mais l'auteure sait bien doser les détails. Ils sont en quantité suffisante pour procurer des frissons, mais sans être trop intenses!

C'est un livre dans lequel la majorité des lecteurs aura la rage face à l'injustice, aux trahisons et aux coups bas envers ces enfants. Un roman dans lequel on finit par ne plus savoir à qui faire confiance. Un bouquin qui vous donnera assurément la chair de poule!




Merci à Boomerang
pour ce thriller    







24/03/2020

Et soudain tu n'étais plus là - R.J. Jacobs

Après des années d’efforts pour mieux gérer son trouble bipolaire, Emily Firestone se sent enfin en contrôle de sa vie: son travail la passionne, elle est autonome, et son copain, Paolo, la comble. Lorsque ce dernier propose une escapade en voilier, elle accepte… Sa médication, du bon vin et son amoureux lui feront bien oublier son aversion pour l’eau et le fait qu’elle ne sait pas nager, non?

Lorsqu’Emily se réveille le lendemain, après une soirée romantique bien arrosée, le bateau vogue à la dérive et Paolo a disparu. Comme il est excellent nageur, la jeune femme ne croit pas à la noyade… sans toutefois trouver d’autre explication. Les heures et les jours passent, rendant la disparition de Paolo de plus en plus angoissante; Emily vacille, doutant de tout et de tout le monde. Puis, alors que des indices suggèrent que Paolo a été assassiné et qu’elle-même devient suspecte, le stress la projette dans une phase maniaque aiguë. Pour s’innocenter, Emily doit découvrir la vérité – et conserver le peu d’équilibre mental qu’il lui reste.

Et si elle était coupable de quelque chose d’aussi horrible qu’inimaginable?

Un thriller intense dans lequel, tout comme l’héroïne, on ne sait plus à qui faire confiance...

Éditeur: Guy Saint-Jean
Genre: Suspense
Parution: Février 2020









Émily est une jeune femme bipolaire qui contrôle assez bien son trouble... jusqu'à ce qu'elle oublie de prendre plusieurs cachets. Cela joue beaucoup sur son sommeil ainsi que sur sa perception du temps et des intentions des gens. Le fait que Paolo soit disparu et non retrouvé ajoute un suspense et des questions supplémentaires. En parallèle, les policiers doivent investiguer sur des meurtres commis sur leur territoire. Tout comme Émily, j'ai essayé de relier les deux situations, sans succès. 

Psychologue de métier, R.J. Jacobs a su créer un personnage réaliste et convaincant ayant une maladie mentale. On croit à ses manies et à son cerveau qui s'emballe et s'imagine des scénarios. C'est une femme qui, malgré son trouble, a su tirer profit de ses forces et comprendre ses faiblesses pour essayer de découvrir la vérité. Cependant, à certains moments, l'auteur met trop d'emphase sur Émily, sa maladie et son passé au détriment de l'enquête. Aussi, j'aurais aimé me sentir plus mélangée, ne plus savoir si je pouvais lui faire confiance, mais le doute n'a jamais été assez élevé pour remettre sa parole et ses certitudes en doute. Également, Marty, qui semblait être un bon support pour Émily et qui était son voisin de bureau, s'est évaporé sans que l'on en sache davantage.

Lorsque les pièces du casse-tête commencent à s'assembler et que la vie d'Émily semble en danger, pendant la deuxième moitié du livre, le rythme devient plus rapide et captivant, et nos soupçons passent d'un personnage à l'autre. Et quand, en plus, une enfant est malencontreusement mêlée à la situation, c'est avec la peur au ventre que l'on dévore les dernières pages. Saurez-vous déceler, à l'opposé de moi, le coupable avant que l'auteur ne le révèle?


Merci à Guy Saint-Jean
pour ce roman      







19/03/2020

Dix jours - Brigitte Huppen


Durant l’été de 1978, Anya est allée rejoindre son père à Vancouver pour ensuite revenir, en camion avec lui. Ce voyage, loin de lui avoir permis de tisser des liens avec un homme colérique et imprévisible, l’a ébranlée. À la rentrée scolaire, rien ne va plus pour Anya. Son père a décidé de ne pas rester à Montréal, comme prévu, et sa meilleure amie la fuit. Appelée à rédiger son plus beau souvenir de l’été, Anya se remémore les évènements qui ont ponctué son périple de dix jours et découvre de manière fortuite une musique qui l’amène à se redéfinir et à s’affirmer : celle des Sex Pistols !



Éditeur: Bayard Canada
Genre: Récit
Parution: Février 2020








Avant de débuter son histoire, la narratrice prend quelques pages pour expliquer grosso modo les tendances des années 70. Même si je suis née à la fin des années 80, les références à Popeye le marin et Franfreluche m'ont ravie. De plus, avec les objets mentionnés tels que le tourne-disque et les diapositives ainsi que les pistes musicales évoquées, l'auteure propulse réellement le lecteur dans ces années. 

Ce dernier fait la connaissance d'Anya, douze ans, qui désire simplement oublier les précédentes journées vécues avec son père. C'est par obligation, pour un devoir de français, que Anya replonge dans le passé. C'est alors que nous découvrons ses raisons, absolument compréhensibles, de vouloir rayer ces moments de sa tête. Dix jours, c'est le temps du trajet qu'elle a entrepris avec son père, et plusieurs événements ont malheureusement assombri ce périple. Plusieurs d'entre eux sont reliés à certaines chansons en particulier desquelles Anya apprécie la sonorité ou le voyage qu'elles procurent. Des extraits de chansons de Jacques Brel, Nazareth, Léo Ferré et Gilles Vigneault, entre autres, sont retranscrits et intégrés à ses souvenirs. C'est un beau fil conducteur pour une mélomane comme Anya. Cependant, j'aurais préféré que les extraits soient mieux répartis, qu'il y en ait tout le long du récit plutôt qu'être concentrés dans la première moitié du livre.


Anya est en compagnie d'un père qui passe d'une émotion à l'autre et dont la colère menace d'éclater à chaque tournant. Ses regards et ses mots font augmenter la culpabilité de la jeune fille. À un certain moment, il dépasse même les bornes en ayant une réaction impensable vis-à-vis une fillette de son âge, envers un être humain tout simplement. Pendant les premières pages, le lecteur a affaire à une adolescente plutôt déprimée qui, en plus des tracas avec son père, veut absolument recoller une amitié brisée. Son parcours change sa façon de voir les choses et, à la fin, Anya développe une superbe aptitude à faire ressortir le beau du laid. La manière de clore ce livre est magnifique!


Merci à Bayard Canada
pour ce roman     






17/03/2020

Enchantement - T1 - La pierre de lune - Evelyne Contant


La peur, l'amour, la trahison... c'est ce que je ressens à propos de ma nouvelle vie. Une vie que je n'ai jamais souhaitée, du moins, pas de cette façon. J'ai certainement rêvé d'aventure, de m'évader... mais rien ne pouvait me préparer à ce qui s'est produit... Une sorcière, une vraie, m'a annoncé qu'en réalité je ne suis pas humaine ! Moi, Lou Mills, je suis une magique, comme elle ! Il paraît que je suis la clé d'une prophétie ancienne et que je dois empècher une guerre imminente entre les humains et les magiques. Ce qu'elle attend de moi n'a aucune logique, en fait, rien ne semble avoir de sens depuis que je l'ai rencontrée.Et puis, il y a cet homme... sombre et mystérieux, mais tellement attirant. Si au moins je pouvais l'oublier. La dualité est la balance de ce monde, le bon pour le mauvais, l'amour pour la haine... et je le déteste autant que je l'aime. De quel côté vais-je combattre lorsque la guerre éclatera ? Comment choisir entre ma famille... ou le peuple auquel j'appartiens ?

Éditeur: ÉdiLigne
Genre: Fantastique / Romance
Parution: 2018










Pour commencer, je dois avouer que la couverture m'a totalement envoûtée. Avec ses couleurs et la brume dissipée autour du bijou, elle est énormément attirante. Ce livre relate l'histoire de Lou, une jeune femme qui exprime sa différence dès le départ, autant dans le monde des humains que chez les magiques. Son unicité transparaît dans ses goûts et son attitude et elle est cohérente avec ce qu'elle est au plus profond d'elle-même, sans même le savoir. Sincèrement, les premiers paragraphes de ce roman rejoignent plusieurs autres livres dont le contexte est semblable: un héros découvre, du jour au lendemain, qu'il possède des pouvoirs surnaturels et, en quelques semaines seulement, se révèle à être un des plus puissants. Cependant, l'auteure a bâti tout un univers bien intrigant tout autour de son personnage principal. Tout d'abord, j'ai été émerveillée par la multitude de bêtes et d'êtres fantastiques qui s'y retrouvent. Des plus magnifiques aux plus effrayantes, il y a une licorne, des farfadets, un wolpertinger, un chupacabra et une chimère, entre autres. De plus, la quête de Lou est distincte et louable. 

Aussi, chaque individu que croise Lou a une histoire personnelle que le lecteur prendra plaisir à déterrer puisque l'auteure réserve plusieurs surprises et révélations. Lou est sensible, mais courageuse avec une graine de leader qui ne demande qu'à éclore. Son amie Flicka est un de mes personnages préférés avec sa grande énergie qui m'a ravie. Sa bonne humeur apporte de la légèreté à l'histoire. Il y a aussi les jumeaux qui sont fascinants tellement ils sont durs à cerner. Et, Black! Quel homme indéchiffrable, mais si attirant! 

S'inspirant de la mythologie et de tous les êtres issus des contes et légendes, l'auteure a écrit un récit dans lequel il est plaisant de naviguer. L'univers est très complet avec ces quelques dons divisés en quatre talents chacun. Cela en fait des pouvoirs agréables à découvrir et je suis certaine que je ne suis pas au bout de mes surprises. J'ai bien hâte de voir où l'auteure entraînera ses personnages. 



Merci à ÉdiLigne            
pour ce premier tome fort captivant







12/03/2020

Ma vie de gâteau sec - T2 - Ma vie de jello mou - Elizabeth Baril-Lessard

Tout aurait dû être parfait à la nouvelle école de Louane. Les corridors sentent le pouche-pouche aux citrons, les garçons sont profondément moins stupides qu’Elliot, et la danse est un souvenir aussi lointain que l’invention du Slinky. Mais, après 4 mois dans le programme d’art dramatique, l’anxiété de Louane reprend forme et l’empêche de devenir ce dont elle a toujours rêvé : une fille normale. À travers les baleines en jujubes que lui achète le séduisant Olivier et le retour précoce de voyage de Théo, les émotions prennent trop de place dans sa tête.
Mais comment Louane peut-elle confronter ses démons, quand ceux-ci sont aussi invisibles que les sourcils de la secrétaire de l’école??
Elle se demande si les autres aussi ont, parfois, de la difficulté à respirer.

Éditeur: Les Malins
Genre: Récit
Parution: Mars 2020








Pour débuter, je ne peux pas passer sous silence la magnifique couverture de laquelle, avec ses couleurs pastel et l'endos en rose vieillot, émane une belle douceur. Dans ce deuxième volet, les lecteurs retrouvent Louanne en décembre de l'année suivante alors qu'elle a changé d'école et qu'elle explore l'art dramatique. La dynamique entre elle et sa copine Alice est rafraîchissante et cela donne lieu à de grandes confidences ainsi qu'à un parfait mantra misant sur le respect de soi. Tandis que le temps défile jusqu'en mars, l'auteure fait quelques retours en arrière, une espèce de rétrospective, en exposant quelques moments importants de l'été du trio, jusqu'à la rentrée scolaire.

Louanne me fait autant sourire avec ses comparaisons drôles pour évoquer des situations, des sentiments ou encore la température. Ses expressions, dans lesquelles elle se trompe de mots, sont aussi délicieuses. Sa façon de répondre, de changer de sujets et de déconcerter les gens est cocasse et charmante tout à la fois. Quant à son anxiété, elle est toujours présente, mais, comme dans le tome précédent, elle prend qu'une petite portion. D'ailleurs, l'auteure récidive en mettant des sujets forts sur le tapis tels que les relations amoureuses complexes, l'homosexualité et la cyberintimidation. Le texte mise sur l'importance de dénoncer ses intimidateurs à un adulte de confiance. L'attitude de Louanne envers ce problème est tout à son honneur et plusieurs devraient prendre exemple sur elle. La situation s'est peut-être arrangée facilement, trop aisément même, mais c'est une solution passive qui mérite d'être explorée. Deux personnages clés, qui apportent beaucoup à l'histoire, font leur apparition dans ce tome: Olivier et Alexie. D'ailleurs, j'ai bien aimé que Louanne rencontre quelqu'un qui la comprenne, qui ait vécu des moments d'anxiété. La fin m'a tout simplement déchiré le cœur pour chacun des personnages impliqués dans le dénouement. Je suis impatiente de découvrir les prochaines péripéties et de suivre le cheminement de ces adolescents. 


De la même série: 
Ma vie de gâteau sec, tome 1: X


Merci aux Éditions Les Malins
pour cette merveilleuse suite