22/01/2021

La vie est un roman - Guillaume Musso

 

POUR LUI, TOUT EST ÉCRIT D'AVANCE
POUR ELLE TOUT RESTE À ÉCRIRE

« Un jour d’avril, ma fille de trois ans, Carrie, a disparu alors que nous jouions toutes les deux à cache-cache dans mon appartement de Brooklyn. »

Ainsi débute le récit de Flora Conway, romancière renommée à la discrétion légendaire. La disparition de Carrie n’a aucune explication. La porte et les fenêtres de l’appartement étaient closes, les caméras de ce vieil immeuble new-yorkais ne montrent pas d’intrusion. L’enquête de police n’a rien donné.

Au même moment, de l’autre côté de l’Atlantique, un écrivain au cœur broyé se terre dans une maison délabrée.
Lui seul détient la clé du mystère. Et Flora va le débusquer.

Éditeur: Calmann Levy
Genre: Contemporain / Récit
Parution: Mai 2020








C'est toujours un plaisir de découvrir un nouveau roman de Guillaume Musso grâce à sa façon de mener l'intrigue et de nous désarçonner, et celui-ci ne fait pas exception. Pendant la première partie, l'on fait la rencontre de Flora, jeune maman dont la fille de trois ans est portée disparue. L'enquête se poursuit sur quelques chapitres avant que le récit bascule dans la vie de Romain. Ce dernier est un papa divorcé, dont la garde de son fils semble lui glisser entre les mains, mais il veut se battre pour avoir la chance de le voir grandir. Les deux personnages, blessés et écorchés, partagent le même métier, soit celui d'écrivain. 

Déjà avec la disparition de la petite Carrie, l'auteur nous entraîne dans une intrigue plutôt fantastique. Et c'est là que j'ai eu peur d'être déçue, incertaine d'aimer la direction que prenait ce récit un peu étrange et de comprendre où il s'en allait. Alors que le chemin de Flora et de Romain se croise, le doute s'est aminci, j'ai fait confiance à l’écrivain et je me suis laissée guider dans cet univers original. L'histoire devient dès lors captivante. Et, lorsque Musso dévoile ses dernières cartes, tout se met en place et révèle un scénario magistral. Ce livre nous propulse dans la tête des auteurs d'une façon incroyable. Guillaume Musso m'a déroutée, troublée, déboussolée. J'ai dû prendre un temps pour démêler et comprendre tous ces fils enchevêtrés avec une certaine fascination envers ce récit qui nous plonge dans l'imaginaire. Encore un coup de maître signé Musso!

Du même auteur:
La fille de Brooklyn: X




20/01/2021

L'allégorie des truites arc-en-ciel - Marie-Christine Chartier

 

Max et Cam sont amis. C’est une de leurs seules certitudes. Sauf que la ligne entre l’amour et l’amitié, c’est comme de la peau : au fil du temps, elle s’amincit.

Max a un peu le syndrome de l’enfant-roi, cela dit c’est un gars cool, sociable et insouciant. Sa relation avec ses parents est complexe. Il aime les femmes et les femmes le lui rendent bien. Max aime Cam, surtout, mais il ne sait pas comment s’y prendre avec elle. C’est dur d’aimer quelqu’un quand on a peur de tout gâcher.

Cam est brillante, sensible et meurtrie. Son monde est petit, son coeur énorme. Elle termine une maîtrise, ira au doctorat. Elle rêve d’être artiste, sera probablement professeure. Cam aime Max, mais c’est dur d’aimer quand on s’est si souvent fait briser. Que faire quand on aime quelqu’un, mais qu’on ne sait pas si aimer suffit?

Éditeur: Hurtubise
Genre: Romance
Parution: Mai 2018








C'est sa couverture sobre et douce qui m'a fait tendre la main pour l'ajouter à ma pile d'achats! Ce livre, c'est le récit d'un amour avoué à moitié, ressenti, mais dont la relation est toujours reportée parce que le moment ne semble pas le bon ou tout simplement par peur de blesser l'autre. L'auteure revisite les anciennes histoires amoureuses des deux protagonistes et, grâce à ces moments, l'on prend connaissance de leurs fêlures et l'on saisir bien leurs réticences face à cet engagement. 

Max est un homme touchant. Sa sensibilité s'exprime par ses craintes envers Camille, par son envie de la protéger et de la savoir heureuse. Sa relation avec le père de cette dernière est aussi belle à découvrir. Ils se comprennent et l'on sent qu'ils sont beaucoup attachés l'un à l'autre. Camille, de son côté, est plus réservée, et se pose beaucoup de questions vis-à-vis sa vie personnelle et professionnelle. Les dialogues entre elle et Max sont parfois divertissants, touchants ou encore sérieux. L'auteure réussit à nous faire ressentir leur attirance indéniable, la tension amoureuse qui se dégage d'eux ainsi que leurs blessures et leurs doutes. 

"Mon père avait initié Max à la motoneige et j'avais compris,
à les voir aller, qu'il vient un âge où ce n'est plus le
père Noël qui réveille l'enfant chez l'homme, non, c'est simplement
l'occasion d'aller vite-vite sur une machine qui fait vroum-vroum."

Habituellement, ce genre d'hésitations chez les personnages dans une relation amoureuse me font lever les yeux au ciel, mais pas ici. Peut-être parce que j'ai ressenti leur fragilité, vu leurs plaies toujours béantes et compris tous ces non-dits entre eux. Le seul bémol est que j'aurais apprécié que l'auteure nous en dévoile plus encore sur la poursuite de leurs rêves, de leurs passions, alors que plusieurs moments sont réservés à une remise en question sur ce sujet. L'allégorie des truites arc-en-ciel est une histoire sincère qui évoque la mince ligne entre l'amitié et l'amour, mais c'est aussi un texte qui aborde les attentes des autres versus les nôtres ainsi que l'importance de suivre notre cœur et de prendre en considération ce qui est essentiel pour soi!



19/01/2021

En route vers Nowhere - Sophie Laurin

 

Été 1996. Sara et Sébastien, dix ans, se rencontrent à la cantine du camping où ils passent leurs vacances. Une slush lime-framboise bleue et un gel de cerveau plus tard, une amitié naît. Plusieurs années après, en quatrième secondaire, ils se retrouvent par hasard à la même école et renouent avec leur complicité d’enfance.

Été 2007. Sara et Sébastien partent pour un road trip au volant de Lucette, une voiture délabrée qui ferait le bonheur d’un ferrailleur. Au cours des onze dernières années, leur relation d’amitié a flirté avec l’ambiguïté et les malentendus, au grand regret de leurs familles et de leurs amis, convaincus qu’ils sont faits l’un pour l’autre. En quête d’aventure, les deux jeunes adultes ignorent encore que bien des surprises les attendent au détour du chemin.

Éditeur: Hurtubise
Genre: Romance
Parution: Juin 2020







Sara et Sébastien, deux amis d'enfance, partent en road trip improvisé. L'auteure alterne entre leur périple et leur passé, retraversant leur relation depuis les six dernières années. Du secondaire au présent, Sara nage dans l'incertitude face à ses sentiments envers Sébastien. Pris dans une histoire d'amour inavoué, les deux personnages font un pas en avant pour en refaire un en arrière. Cela amène des hésitations, des tergiversations, trop à mon goût par moment. J'ai eu parfois envie de secouer Sara, de lui ouvrir les yeux et de lui crier de sauter le pas qu'on en finisse. Comme la fin est plutôt prévisible, je voulais profiter du voyage, de l'évolution de leur relation. Dans ce sens, j'aurais aimé ressentir davantage de palpitations, de surprises et d'émotions. 

Le périple reste somme toute divertissant. Les péripéties du duo, grâce à leurs choix douteux et aux dizaines de références, telles que MSN, Limewire, le film Crossroad mettant en vedette Britney Spears, les livres des baby-sitters, et tant d'autres, donnent un petit sourire en coin. Même si tout est loin d'être parfait, Sara et Sébastien nous donnent parfois envie de prendre leur place, de partir soudainement et d'aller regarder un film sur la plage. Au final, En route vers nowhere est un livre léger, sans prise de tête, mais un peu platonique dans lequel il manque un peu de croustillant pour me le faire apprécier pleinement. 




15/01/2021

À tout jamais - Nicholas Sparks

 

Chaque mois d’avril, Landon Carter est assailli par les souvenirs de sa dernière année de lycée. C’était en 1958, dans la petite ville de Beaufort, en Caroline du Nord. Fils de bonne famille, il aimait retrouver ses amis en classe, inviter ses jolies camarades, faire le mur de temps en temps, et se moquer de la fille du pasteur : avec sa bible, son éternel chignon et son dévouement sans faille qui plaisait tant aux grandes personnes , Jamie Sullivan avait le don de l’agacer. Pour le bal du lycée, Landon est contraint de l’inviter. Elle le prévient : « D’accord, mais promets-moi de ne pas tomber amoureux de moi. » La vie en décide autrement : entre les deux jeunes gens, c’est le coup de foudre.

Éditeur: Pocket 
Genre: Romance
Parution: 2000







Landon et Jamie! J'aimais déjà ces deux personnages avant ma lecture grâce au film inspiré de ce roman. Film que j'ai d'ailleurs vu plusieurs fois! Il est rare que je lise un livre après avoir visionné son adaptation cinématographique, mais je ne regrette pas. Évidemment, le bouquin est plus complet, plus émouvant et certains détails apportent une nouvelle dimension à cette histoire. Les personnages  et leur relation sont davantage développés et plus profonds. 

J'ai adoré le fait que ce soit Landon, âgé de cinquante-sept ans, qui nous raconte sa plus belle histoire d'amour quarante ans plus tard, encore fraîche dans sa mémoire. La trame n'est pas tellement originale, il faut l'avouer, mais elle est touchante à plusieurs égards. Jamie est une jeune femme qui dégage une douceur absolue et qui est habitée par une générosité et une bonté grandiose. Quant à Landon, un peu bad boy au début du roman, il s'avère être un homme plutôt sensible et attentionné. Son évolution se fait tranquillement, au même rythme que tombent ses préjugés et sa peur des qu'en-dira-t-on. 

Le bénévolat de Jamie à l'orphelinat, remplacé dans le film, apporte énormément à leur relation amoureuse, mais plus encore au personnage de Landon puisqu'il fait ressortir son altruisme et sa compassion. À tout jamais est une belle histoire qui aborde les préjugés, le pardon, mais aussi la transformation que les gens peuvent créer à l'intérieur de nous. Cette force, cette bonté et cet amour qui nous rendent meilleurs à leur contact. 






13/01/2021

Illuminae - T2 - Dossier Gemina 02 - Jay Kristoff & Amie Kaufman

 

Supprimer les témoins. Effacer les traces.

Sur la station spatiale Heimdall, tout le monde se prépare à la grande fête de Terra. Certains plus intensément que d'autres : la fille du commandant, Hanna Donnelly, experte en mode et en arts martiaux, aimerait bien faire la fête jusqu'au bout de la nuit.
C'est à ce moment précis que BeiTech lance son attaque, envahissant la station avec une violence inouïe. Ceux qui résistent sont éliminés. Les autres, capturés. Quant aux fuyards, ils sont traqués sans relâche.
Parmi les rescapés : Hanna et Nik, un véritable bad boy issu d'une grande famille mafieuse.
Les deux ados que tout sépare s'allient pour sauver leur peau. Pendant que s'amoncellent les cadavres, dont certains d'êtres très proches...

Éditeur: Casterman
Genre: Science-fiction
Parution: 2016








Je pourrais commencer cette chronique exactement de la même façon que celle du premier tome qui a été, lui aussi, un coup de cœur. Je dois cependant avouer avoir craint, pendant un instant, d'être déçue. Alors que le récit se déroule sur une autre station, avec de nouveaux personnages, j'ai été désarçonnée l'espace de quelques pages, le temps de m'attacher à ce nouveau trio composé d'Hanna, Nicklas et Ella, qui est, au final, une équipe hors pair. 

Une brigade de vingt-quatre membres débarque sur la station Heimdall et une véritable chasse à l'homme s'enclenche. C'est vraiment à ce moment que la personnalité de chacun des personnages principaux, que l'on affectionne de plus en plus, se dévoile: Nicklas pour sa sensibilité, Hanna pour son sang-froid et son côté badass ainsi qu'Ella pour son génie et son humour singulier, décalé. Encore une fois, les auteurs décrivent l'histoire par des rapports, des résumés de fichiers vidéos, des courriels et des textos, entre autres. En plus, à quelques reprises, les photos de l'équipage des méchants sont affichées, permettant de voir lesquels sont éliminés et lesquels sont encore en vie. 

Cette intrigue est captivante et entraînante. De surcroît, les auteurs vont encore plus loin dans le genre de la science-fiction, exploitant un concept d'une façon ingénieuse. J'ai été soufflée, abasourdie par les revirements de situations. Excitée et embarquée à cent à l'heure, je n'ai pas pu m'empêcher de pousser des "wow" et des " Ben non!" à voix haute alors que je tournais les pages sans pouvoir m'arrêter. Mon bonheur fut à l'apogée alors que Kady, Ezra et Aidan reviennent vers la fin, et je suis vraiment impatiente de les retrouver dans la conclusion. Je le redis: cette saga est une véritable tuerie. À maintes reprises, les personnages m'ont surprise, déjouant mes prédictions encore et encore. Le tome deux est définitivement à la hauteur du premier tome, et même plus encore. L'action prend plus de temps à arriver, mais une fois plongé dans le récit, il est impossible d'en ressortir indemne. Les rebondissements sont exceptionnels, surprenants et renversants.

De la même série:
Illuminae - T1 - Dossier Alexander: X








11/01/2021

Locke & Key - T1 - Bienvenue à Lovecraft - Joe Hill

 

La famille Locke est déchirée. Après le meurtre brutal du père par un étudiant déséquilibré, tous emménagent dans la vieille demeure familiale. Mais derrière les portes closes se dissimulent de sombres secrets.


Éditeur: Hi comics
Auteur: Joe Hill
Illustrateur: Gabriel Rodriguez
Genre: Suspense / Fantastique
Parution: Mai 2018








C'est la bande-annonce de la série télévisuelle et la couverture mystérieuse de ce premier tome qui m'a convaincue de le lire. Les premières pages, sanglantes et macabres, qui semblent se diriger vers une trame horrifique, m'ont fait craindre par rapport à l'intrigue. Finalement, le récit prend une tangente différente et il se réoriente vers un suspense fantastique et paranormal. 

À l'aide d'un complice, Sam Lesser tue un homme, père de trois enfants. La mère, n'envisageant pas d'autres solutions, prendra la route avec sa progéniture et les amènera loin, s'installer à Keyhouse. Ce premier volet introduit tranquillement la spécificité de cette maison et révèle petit à petit son sombre secret. Cette bande dessinée ouvre la porte sur un univers lugubre, certes, mais intrigant. Plusieurs questions se soulèvent au fil de la lecture, laissant encore une foule d'informations à découvrir et à comprendre. Maints éléments sont angoissants et captivants à la fois: les clés, l'évasion du meurtrier, la raison du crime et de cet acharnement, et, surtout, l'entité qui se cache au fond du puits. C'est davantage autour du jeune Bode, un peu laissé à lui-même, que l'histoire se déroule. Si petit et si proche du danger.

Quant aux illustrations de Gabriel Rodriguez, elles assombrissent le tout. Ce dernier confère aux personnages des traits durs et des émotions bien visibles. La mise en page est bien réussie, tout autant que l'alternance des scènes passées et présentes: le récit est facile à suivre. À la fin de la bande dessinée, quelques pages forment une petite galerie d'images. Cela aide à prendre conscience du travail de maître qu'a effectué monsieur Rodriguez. En bref, ce premier tome apporte les bases de l'intrigue en éveillant une certaine curiosité chez le lecteur envers la suite.


pour cette lecture mystérieuse


06/01/2021

Si belle, Sybille - Valentine Lalande

 

Sybille se trouve moche, fade, inintéressante. Elle rase les murs du lycée pour ne pas se faire remarquer. Chaque jour, elle tente de sourire à son reflet dans le miroir, mais lorsque sonne sa première heure de cours, elle remet son masque d'adolescente solitaire ignorée par ses camarades. En secret, elle observe Soren, le type du dernier rang qui passe ses journées à griffonner sur un carnet.

Lorsque leur professeur de Littérature les soumet à un exercice d'écriture en binôme, elle espère bien tomber sur celui qui l'envoûte depuis le collège.

Malheureusement, le sort en décide autrement. Et c'est la pétillante Sofia, sa meilleure amie aussi généreuse en formes que de caractère, qui tombe sur Soren. La banale Sybille se retrouve à devoir travailler avec Samuel, qui décroche de loin la palme du pire crétin de la classe.
Arrogant, imbu de lui-même et redoublant pour la deuxième fois...
L'exercice littéraire risque de ne pas être une partie de plaisir.

À moins que... Et si Samuel l'aidait à prendre confiance en elle et à faire craquer le mystérieux Soren ?

Éditeur: Hugo&Cie
Distributeur: Hachette Canada
Genre: Romance
Parution: Novembre 2020







L'auteure met en scène deux copines à l'opposé l'une de l'autre. Sybille est plutôt timide et souhaiterait pouvoir se fondre dans le décor. Le style vestimentaire de Sofia et sa personnalité font d'elle une personne vivante et colorée. Du côté des garçons, il y a Samuel, le bad boy typique qui fait chavirer toutes les filles, ou presque. Ce dernier cache une sombre réalité entre les murs de sa maison. Son histoire est révélée peu à peu lorsqu'il décide de s'ouvrir à certains individus de son entourage et qu'il prend conscience de certains aspects qui le dérangent et qu'il ne tolère plus. Soren est aussi un élément clé du récit. Solitaire et artiste, il a de belles pensées et apporte de la douceur au roman.  Ces quatre camarades de classe se retrouvent à devoir faire un travail d'équipe et, alors que chacun évoluait de son côté, leurs routes se croisent et ils font d'étonnantes découvertes qui chavireront leurs préjugés et leurs sentiments. 

Un cinquième personnage ajoute une autre dimension à ce roman: Lou. Avec elle, l'intimidation et le harcèlement ainsi que les conséquences qui leur sont reliées sont abordés. Également, la machine à rumeurs qui est incontrôlable une fois lancée est bien mise en place. Qu'un seul détail m'a titillée: l'utilisation du groupe de mots "la jeune femme" par le narrateur. Il est plutôt rare d'entendre une adolescente de dix-sept ans désigner son amie comme ça. 

Ce livre tend à démontrer que ce que les gens renvoient comme image est parfois loin de la réalité. Que sous leur carapace, leur personnalité et leur histoire individuelle, bien enfouies, sont bien différentes de ce qu'ils laissent paraître. Bien que j'ai deviné la fin dès le début du récit, cette lecture fut bien agréable. Sofia et Sybille, malgré leurs mésententes, se soutiennent et sont fidèles l'un envers l'autre. Leur amitié passe avant tout, et leur évolution, autant dans leur vie personnelle que dans leur relation, est marquante.


Merci à Hugo & Cie  
pour cette belle lecture