28/04/2021

Kukum - Michel Jean

 

«C'est un de ces soirs où je trayais les vaches dans la lumière du soleil couchant que je l'ai vu pour la première fois. Un canot est apparu, descendant en silence la rivière. Un homme torse nu, à la peau cuivrée, ramait sans se presser, se laissant pousser par le courant. Il paraissait à peine plus âgé que moi. Nos regards se sont croisés. Il n'a pas souri. Et je n'ai pas eu peur.»

Ce roman raconte l'histoire d'Almanda Siméon, une orpheline amoureuse qui va partager la vie des Innus de Pekuakami. Elle apprendra l'existence nomade et la langue, et brisera les barrières imposées aux femmes autochtones. Relaté sur un ton intimiste, le parcours de cette femme exprime l'attachement aux valeurs ancestrales des Innus et le besoin de liberté qu'éprouvent les peuples nomades, encore aujourd'hui.

Éditeur: Libre expression
Genre: Historique / Fait vécu
Parution: Septembre 2019






Dans ce livre, Michel Jean dresse le portrait d'Almanda, une femme tout à fait exceptionnelle. L'auteur recule de quelques années, au temps où les Autochtones étaient libres. Libres d'aller où bon leur semblait, d'élever eux-mêmes leurs enfants et d'habiter là où leur culture, leur mode de vie et leur cœur les guidaient. Nous avons tous eu conscience, à un moment ou un autre, d'une infime partie du sort qui a été réservé aux gens des Premières Nations, et si ce n'est pas le cas, c'est que ces gens se sont fermé les yeux et les oreilles. Cependant, lire et découvrir davantage leur histoire, et plus particulièrement celle d'Almanda, une femme qui a réellement existé, est bouleversant. Toute leur vie leur a été arrachée sans qu'ils aient un mot à dire!

Pendant la première portion du roman, en suivant les traces d'Almanda et sa famille, l'on découvre leur attachement à la terre et à la nature, leurs coutumes, leur mode de vie. Nous avons la chance de nous glisser dans leur peau, l'espace de quelques pages, d'apprendre à les connaître davantage et à comprendre leurs méthodes de subsistance telles que la chasse, le tannage des peaux et la création des vêtements. Et, tout à coup, tout bascule. En tant que lecteurs nous assistons à certains événements marquants (l'arrivée des draveurs et des pensionnats, entre autres) qui ont brimé leurs droits et leurs libertés. 

Le bouquin de Michel Jean m'a donné des frissons, tout comme l'identité d'Almanda et le récit de ses parents. C'est un roman à lire pour comprendre, s'ouvrir à ces peuples et plus encore. Ce bouquin raconte le parcours émouvant d'une battante, et l'histoire des Premières Nations que l'on tend à oublier trop facilement. Je vous invite fortement à le lire à votre tour. 




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire