21/11/2018

Ce que nous avons perdu - Gayle Forman

Freya est une « chanteuse née ». En tout cas, c’est ce que son père lui a dit. Maintenant que sa voix l’a lâchée, que lui reste-t-il ?

Harun erre. Sans James. Qui lui a dit de « dégager de sa vie, connard ». Pas moyen de l’oublier. Mais comment se faire pardonner ? 

Nathaniel débarque seul à New York. Sans son père. Finie, leur « fraternité à deux ». 

Un pont, un pas en arrière, une chute : trois destins se percutent. Ensemble, ils vont apprendre à surmonter ce qu’ils ont perdu.

Éditeur: Hachette Canada
Genre: Récit / Drame
Parution: Octobre 2017








La formulation des phrases, probablement due à la traduction, m'a donné un peu de fil à retordre. Les cinquante premières pages ont été les plus laborieuses à lire et m'ont créé de la difficulté à bien entrer dans le livre. Cependant, l'histoire en soi est intéressante. Trois jeunes personnes se rencontrent par un simple hasard. Il y a Freya, une chanteuse qui gagne en popularité. Malheureusement, depuis peu, sa voix se casse lorsqu'elle chante. Harun est un homosexuel qui n'a pas encore fait son coming-out: il a peur de décevoir les membres de sa famille, qui, eux, croient qu'il suivra la tradition en se mariant avec une femme pakistanaise. Le troisième protagoniste est Nathaniel qui vivait seul avec son père malade. Ce dernier était d'ailleurs son centre de l'univers. Tous les trois ont un état d'esprit semblable au moment où leur route se croise: un grand point d'interrogation se dresse devant eux lorsqu'ils scrutent leur avenir. En même temps que se développe leur amitié, les trois jeunes, démunis d'amour, évoluent au contact de l'un et de l'autre. 

Par moment, j'ai trouvé le rythme du récit un peu lent. Il ne m'a captivée qu'à partir de la deuxième moitié. Gayle Forman inclut de petits bouts de leur histoire ainsi que de leur passé. Il est intéressant d'explorer les instants cruciaux de leur vie, mais les sauts dans le temps, et la façon particulière dont l'auteure les intègre, m'ont désarçonnée. 

Néanmoins, les trois jeunes ont une empathie hors du commun et une belle capacité à lire dans les yeux des autres, de les comprendre qu'avec un seul regard. Alors que j'avançais dans l'histoire, je me suis surprise à craindre leur séparation, j'avais réellement envie de voir où ce lien les porterait. Ils m'ont touchée, chacun à leur manière et à un niveau différent. La relation spéciale que Nathaniel entretient avec son père m'a bouleversée: sa souffrance est si palpable. Ce fut une bonne lecture, mais sans plus. 


Merci à Hachette Canada
pour ce roman   


   

Aucun commentaire:

Publier un commentaire