09/04/2021

Echoes - T1 à T4 - Kei Sanbe

 

Senri est l’unique rescapé d’un massacre qui a emporté toute sa famille. À cinq ans, il a été retrouvé seul au milieu des cadavres de ses deux parents assassinés. Kazuto, son jumeau, a quant à lui été kidnappé puis tué. Depuis, le meurtrier reste introuvable…
13 ans plus tard, la colère de Senri ne s’est toujours pas apaisée. Et pour cause : Kazuto et lui étaient plus que des frères. Douleur, peur… les émotions de l’un étaient ressenties par l’autre, parfois accompagnées de visions pendant les pics d’angoisse. Senri a donc vécu le calvaire de son jumeau comme si c’était le sien. Son seul indice pour retrouver l’assassin, des cicatrices sur le bras du coupable, entraperçues à travers les yeux de Kazuto… Alors le jour où il voit par miracle à la télé un homme avec les mêmes stigmates, son sang ne fait qu’un tour : il tient sa vengeance !

Éditeur: Ki-Oon
Distributeur: Interforum Editis Canada
Genre: Manga / Suspense
Parution: 2017






Kei Sanbe fait parler de lui depuis quelque temps, et ce, de façon positive. J'avais bien hâte de me faire ma propre opinion sur ses œuvres. Dans ce livre, Senri est le héros principal. Petit, il partageait un lien unique avec son jumeau maintenant disparu: chacun ressentait les douleurs de l'autre. Ayant aperçu celui qui a tué les membres de sa famille, Senri vit en fonction de le retrouver. Alors que l'on croit à une simple histoire de vengeance, l'auteur a construit tout un casse-tête dont les pièces révèlent, peu à peu, des secrets de famille. Le récit devient plus complexe et, de ce fait, encore plus captivant. Senri se rapproche de plus en plus de la vérité: des indices semés ici et là, au compte-goutte, mènent à de saisissantes découvertes. Entre les drames qu'a subi la famille de Senri et celle de Enan, une amie d'enfance, et les évènements qui se succèdent depuis la mort de leurs parents, le lien que partagent les deux frères et des bribes du passé ajoutent un côté touchant à l'histoire. 

Les planches de ce manga sont bien pensées. Premièrement, il n'y a aucune ambiguïté lorsque lors des changements au niveau du temps. Quoique je ne sois pas fan des traits des protagonistes, particulièrement ceux des personnages féminins, les décors et l'architecture sont bien exécutés. La mise en page, des planches et des bulles, rend l'histoire et les discussions faciles à suivre. De plus, en jouant avec les teintes de gris et noir, l'auteur a su créer une ambiance propice à son récit: sombre et angoissante. 

Kei Sanbe a écrit une histoire qui garde en haleine, un suspense parfois violent, parfois touchant. La tension se ressent tout au long des quatre premiers tomes, mais, en plus, elle augmente d'un volet à l'autre. Des bribes du passé sèment des questions tout en assemblant quelques morceaux. Il reste encore tant à démêler, et la fin du quatrième est si explosive que je regrette de ne pas avoir la suite sous la main. Aussi, j'ai une petite hypothèse sur l'homme que Senri traque, et j'ai bien hâte de découvrir si j'ai raison!



pour cette histoire     




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire