05/12/2019

Grève des anges - Henri Lessard


Comment décrire aisément Noëlle, héroïne des nouvelles du recueil Grève des anges ? Sachez qu’elle entretient des relations étroites, mais conflictuelles, avec les pommes de laitue en plus de redouter que sa baignoire achève de la rendre agoraphobe.

Vous aurez le coup de foudre pour ce personnage attachant et (légèrement) névrosé, mais aussi pour le style imagé d’Henri Lessard, qui brille dans cette collection de textes bien ficelés, tour à tour poétiques, critiques et pleins d’humour.



Éditeur: L'Interligne

Genre: Nouvelles / Récit 

Parution: Octobre 2019







Henri Lessard nous offre une protagoniste qui a une façon bien particulière, mais intéressante, d'analyser ce qui l'entoure ainsi que les situations de la vie. Cela nous permet de les voir sous un autre angle, à notre tour. Noëlle, âgée de dix-neuf ans, livre des bribes de son existence à partir de l'adolescence, à l'école secondaire. Elle nous fait part des difficultés qu'elle a traversées telles que celles liées à l'apprentissage scolaire et le deuil d'une amie. Plus positivement, elle partage aussi ses rêves, ses études et son stage. C'est une femme qui a du cran et du courage, du chien en bon québécois. Ce trait de caractère m'a définitivement plu puisqu'il la rend charmante.


"Sans temps à perdre,
la vie n'est que temps perdu."

Je me suis attachée au personnage principal, mais, plus encore, j'ai découvert une nouvelle plume, un auteur qui écrit avec un style qui se démarque. J'aurais aimé en apprendre davantage sur Noëlle. Je suis restée un peu sur ma faim, mais puisque j'en redemande, mon commentaire se veut positif quand même! Ce bouquin expose quelques pans du cheminement de Noëlle sous la forme de nouvelles. Peu à peu le personnage, unique et parfois bizarre, se dévoile. Malgré tout, je n'ai pas eu l'impression de lire un recueil, mais plutôt un roman dans lequel tout coule fluidement. C'est un livre qui fait sourire et on prend plaisir à accompagner cette jeune femme au fil de ces courts récits. 


Merci aux Éditions L'Interligne
pour cette lecture         





Aucun commentaire:

Publier un commentaire