12/11/2019

L'ogre et l'enfant - Magali Laurent

En route pour retrouver son ex-copine, avec laquelle il veut renouer, Nathan trouve sa petite voisine cachée sous la banquette de sa voiture. Les marques que porte la fillette laissent croire qu’elle s’est enfuie pour échapper à la violence qu’elle subit chez elle. Partagé entre le désir de lui venir en aide et la peur d’être soupçonné d’enlèvement, l’adolescent décide de l’emmener avec lui. Ce qui devait être un week-end de rêve se transforme très vite en course contre la montre pour sauver la fillette.

Éditeur: Bayard Canada
Genre: Drame
Parution: Septembre 2019









Malgré la trilogie BOA qui me fait de l’œil, c'est le premier livre que je lisais de cette auteure. Les thèmes abordés sont forts et, juste pour cette raison, je crois qu'il vaut le détour. Je n'ai pas regretté ma lecture. Les trois personnages principaux m'ont touchée, chacun à leur manière: Alice, par sa grande résilience et son courage, mais aussi par sa vulnérabilité, Mélanie, grâce à son entrain ainsi que sa volonté d'aider et d'aller jusqu'au bout à tout prix, et Nathan, par le biais de sa timidité qui cache énormément de non-dits. D'ailleurs, c'est un côté de sa personnalité que j'ai eu du mal à cerner lors des premières pages, mais son attitude est appuyée par des faits qui sont révélés pendant l'histoire. Et là, quand son passé est déterré, je me suis davantage attachée à lui. 

Le seul endroit où je place un petit bémol c'est dans le vocabulaire des personnages adolescents, Mélanie et Nathan. Leur manière de s'exprimer, de façon très mature, et les mots employés m'ont parfois fait penser à des gens plutôt dans la vingtaine. Même si l'âge ne correspond pas toujours à l'image que j'avais d'eux, leur histoire et le lien qu'ils développent avec Alice, surtout dans le cas de Nathan, sont émouvants. Cela est en partie dû aux événements qui les ont brisés: la violence subit au sein d'une famille, l'intimidation et les problèmes mentaux d'un parent. Nathan s'est longtemps fermé les yeux sur la situation de sa petite voisine, comme la plupart des gens l'aurait fait, mais il ne peut plus en faire fi puisqu'elle se retrouve dans sa voiture à des centaines de kilomètres de chez eux. Cette histoire porte assurément à réflexion. J'ai bien aimé le fait que l'auteure décrit les pensées d'Alice, mais aussi du jeune Nathan, pour exposer l'ogre qui les gruge. J'aurais cependant apprécié quelques indications dans le temps, par moment, mais, outre cela, la formule m'a bien plu. 



Merci à Bayard  
pour cette histoire




Aucun commentaire:

Publier un commentaire