19/09/2017

On a juste une vie à vivre - Marie-Eve Roy

On peut dire que la fin vingtaine me va plutôt bien ! Je suis enseignante au Cégep de Sainte-Foy, j’ai trois amies formidables (et célibataires comme moi !), qui partagent mes passions et mes folies, et j’habite dans le splendide Vieux-Québec. Mais, comme la vie est souvent pleine de surprises, une épreuve de taille m’attend. Un événement tragique fait basculer mon univers, ce qui me pousse à me questionner. Est-ce vraiment la vie dont j’ai toujours rêvé ? Où ai-je bien pu ranger mes ambitions de jeunesse ? Autour d’un énième café, au petit matin, mes copines et moi faisons un pacte : celui de profiter de chaque moment, de vivre chaque jour comme si c’était le dernier. Carpe Diem…

Me voilà donc en route vers Toronto, armée de mes cahiers à dessin et de ma bonne humeur légendaire, prête à me tailler une place dans le monde de la mode. Dès mon arrivée, j’élabore un plan de match pour devenir Gaëlle, la créatrice bientôt célèbre ! Mon seul problème : je ne connais personne dans cette nouvelle ville. Ce à quoi je vais remédier rapidement en trouvant un appartement à partager avec cinq (!) colocs. Heureusement qu’il existe les take-out chinois pour aider mon moral ! Et les beaux grands garçons bien bâtis aux yeux perçants pour aider ma libido… Mais je m’égare ! Vous avez ma parole : aucune distraction ne m’empêchera d’atteindre mon but !

Éditeur: de Mortagne
Genre: Récit
Publication: Août 2017







Quatre filles célibataires sont unies comme les cinq doigts de la main. Chaque vendredi soir, elles prennent un temps, malgré leurs horaires chargées, pour se retrouver, parler de tout et de rien et, surtout, pour s'amuser. Mais, un matin, les filles apprennent une nouvelle qui changera totalement leur vie. Un drame remet bien des choses en perspective et fait remonter à la surface un sentiment d'urgence de vivre ses rêves à cent pour cent. C'est exactement ce qui s'est passé pour ces filles-là aussi. Après avoir pris le temps d'y réfléchir, ou pas, les filles réservent un billet de vol pour refaçonner leur avenir. Changement de cap drastique pour chacune d'entre elles, elles s'envolent toutes vers une destination inconnue. Du Vieux-Québec à Toronto pour Gaëlle, ce nouveau départ lui donne la possibilité de se sentir en vie, de nouveau pleine d'énergie. 

Gaëlle est une fille qui a une belle capacité d'adaptation. Elle fait des plans et elle fonce. Elle sait prendre les choses avec sérieux, mais aussi se lâcher lousse au moment opportun. Sans même prendre le temps de regarder en arrière, Gaëlle travaille fort pour construire sa nouvelle vie. Liste en main, elle est bien parée pour y arriver. Elle a quelques sacrifices à faire, comme de vivre en colocation à six, vu son petit budget. Mais, de cette expérience résulte une belle rencontre. Kessy est d'ailleurs mon personnage préféré de l'histoire. Elle est vivante, reste positive, dégage une énergie à tout casser, mais elle est aussi sensible et compréhensible et elle a le don de motiver les autres. 

Plusieurs péripéties et coïncidences font rougir Gaëlle et nous font sourire. Elle a le don de se mettre les pieds dans les plats et ces situations sont vraiment succulentes. Le seul bémol est que j'aurais aimé avoir plus souvent des nouvelles des autres filles, être au courant de leurs démarches, de leurs victoires, petites et grandes. J'ai beaucoup aimé le personnage de Joëlle, ses valeurs et son mode de vie et, de ce fait, j'aurais aimé qu'il y ait plus d'échanges avec elle pour suivre son parcours et voir ce qu'elle accomplit. 

Je me suis aussi retrouvée parmi les références, dont Watatatow et Coyote Ugly, et s'identifier et se retrouver comme ça dans un bouquin est toujours un plus pour l'auteur et son livre. Quoique leur cheminement est peut-être trop facile, je vous conseille définitivement ce livre parce qu'il nous apprend à rebondir, mais surtout à avoir envie d'oser vivre ses rêves. 


pour ce roman qui fait du bien 



Aucun commentaire:

Publier un commentaire