28/11/2017

Kaïsha - T4 - L'héritères des mondes - Élisabeth Camirand

La nation des Plaines, autrefois prospère et pacifique, n’est plus que l’ombre d’elle-même. Ses grandes cités sont réduites en cendres et ses habitants vivent dans la terreur, prisonniers sous le joug de la nation du Désert et de son impitoyable armée. Un espoir demeure cependant. L’Enfant des cinq mondes a réussi l’impossible : former une armée rassemblant les nations des Plaines, des Montagnes, de la Forêt et de la Mer, toutes prêtes à mettre leurs différences de côté pour lutter ensemble contre leur ennemi commun.

À présent, les dés sont jetés. Les cinq nations sont réunies sur un même terrain, prêtes à s’affronter dans la première guerre des nations. D’un côté, l’armée du Désert, avec à sa tête le terrible général de Tek-Mar. De l’autre, l’armée de l’Alliance, menée par l’Enfant des cinq mondes : Kaïsha. La vie entière de Kaïsha semblait l’avoir mené vers ce moment. Elle n’avait pas réussi à empêcher cette guerre de se produire. Mais aujourd’hui, elle allait y mettre fin.

Éditeur: AdA
Genre: Aventure 
Parution: Novembre 2017








Si vous me suivez depuis un moment, vous savez que Kaïsha a été une grande découverte pour moi l'an passé, un coup de cœur. Dans chacun des tomes, les thèmes et les valeurs exprimés me rejoignent et me touchent beaucoup. Lire ce quatrième tome me rendait fébrile et triste à la fois. C'est toujours un plaisir de plonger dans un récit d'une auteure si articulée et au vocabulaire riche. 

Le début nous sert de mise en situation: elle nous rappelle très brièvement où Kaïsha en est rendu dans sa quête en plus de nous démontrer les efforts déployés par les autres nations. Ensuite, cela ne prend que quelques lignes avant d'être catapulté dans l'action, en plein milieu des atrocités de la guerre. Plusieurs revirements sont au menu. Surprenants, mais tout à fait cohérents. Kaïsha, fonceuse et bouillonnante, sait prendre le temps de se mettre au parfum et de peser la situation. Sa grande capacité d'analyse m'a surprise, elle a beaucoup de contrôle et c'est ce qui donne un si grand charme à cette série: la réflexion avant l'action. 

Au milieu des conséquences de la guerre, le paysage n'est que désolation et tristesse. C'est inévitable: qui dit guerre dit pertes. Préparez-vous à avoir une boule dans la gorge et les yeux pleins d'eau si vous êtes sensible comme moi! Certaines morts sont prévisibles, d'autres imprédictibles, mais elles sont toutes autant déchirantes les unes que les autres. Et alors qu'un gros morceau de l'histoire se produit à la moitié du roman, on vient à se demander comment l'auteure jonglera avec cette situation. Tout naturellement, elle trouve le tour de nous désorienter avec un dénouement inattendu qui nous fait grincer des dents. 

Je crois que c'est dans ce tome-ci que l'auteure joue le plus avec nos nerfs. Elle donne de l'espoir comme elle en enlève. Les temps sont durs et l'ambiance est sombre, mais grâce à la façon dont l'histoire est bâtie, le récit reste quand même lumineux et rempli d'optimisme. Encore une fois, l'auteure fait l'éloge des différences, mais surtout des ressemblances qui dépassent ces différences. 

Le récit prend des directions bien étonnantes. C'est un tome qui réserve bien des surprises. L'auteure a bien joué ses cartes, du début à la fin, tout en logique et  avec intelligence. Le message est toujours aussi puissant et l'échappée de ce dernier tome est vraiment la finalité, la conséquence exacte de tout ce parcours, cette aventure, cette bataille. Ce fut une de mes plus belles lectures et c'est un voyage que je conseille assurément.

Chronique du tome 1: X

Chronique du tome 2: X
Chronique du tome 3: X




pour ce merveilleux voyage


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire