09/10/2017

Le potager - Marilyne Fortin

Et s’il fallait porter un masque et des gants en permanence ? Faire ses provisions grâce à des coupons de rationnement ? Se débarrasser des chats faute de nourriture ? Se déplacer à vélo puisqu’il n’y a plus d’essence ? Et si l’apocalypse arrivait tout doucement, insidieusement ?

Depuis qu’un virus mortel s’est propagé partout dans le monde, Caroline voit chaque semaine son univers changer. Entre deux crises d’anxiété, elle doit néanmoins s’occuper de son mieux de ses deux jeunes garçons. Tout ce qui était auparavant si simple est devenu difficile. Même se nourrir. Les habitants de son quartier décident alors de s’unir pour cultiver un potager… mais les choses les plus banales prennent désormais des allures dramatiques.
Jusqu’où ses voisins iront-ils pour protéger leurs récoltes maintenant que chaque personne représente un concurrent dans cette course à la survie ? Et jusqu’où Caroline elle-même ira-t-elle?

Éditeur: Marilyne Fortin
Genre: Post-apocalyptique 
Parution: Septembre 2017








Dans ce livre, il est question d'un virus qui se propage à la vitesse de l'éclair. Les personnages principaux sont Caroline, la maman, enseignante et anxieuse de nature, ainsi que son conjoint, ses enfants et, en arrière-plan, tous les gens de son voisinage. En tant que lecteurs, nous sommes vite propulsés dans le centre de l'action: l'épidémie arrive au premier chapitre. L'écriture de Marilyne nous amène à ressentir clairement les émotions des personnages: la boule à la gorge et l'impuissance de Caroline ainsi que la tristesse et la colère du petit Thomas. Connaissant la situation, on se retrouve nous aussi déchirés entre la réalité (ce qui doit être fait de façon rationnelle) et nos émotions. De plus, avec les détails que l’auteure amène sur la situation, elle réussit fortement à nous faire ressentir l’angoisse croissante au plus profond de nos tripes et nous mettre en était d'alerte.

Ce qui est intéressant ici c'est le fait que l'auteure, à chaque début de chapitre, fourni des données historiques notamment sur la guerre, les rationnements pendant ces moments, les affrontements historiques et les catastrophes naturelles. Ça ajoute un petit côté intriguant au récit déjà plus que captivant. Un texte de ce genre nous ouvre les yeux sur notre chance, sur ces petites choses que l'on prend pour acquises. Fanatique de films catastrophes, le résumé de ce livre m'a aussitôt interpellée et j'ai eu tout un plaisir à le lire : les émotions sont intenses, réelles, senties.

Du côté des personnages, mon préféré est, sans aucun doute, Ruberth Solis. Mais quel charmant personnage! Toujours en train de vouloir aider, de bonne humeur, positif et de bons conseils, surtout en matière de cuisine avec le grand rationnement auquel ils sont confrontés. Dans cette histoire, il fallait absolument un voisin tel que lui pour illuminer ce récit et donner de l'espoir. Arrive, inévitablement, ce qui doit arriver: confinés aux plus strictes ressources, certains essayent d'avoir leur dû coûte que coûte et cela crée des bagarres et des situations encore plus dangereuses.

La fin ouverte m’a fait rager autant qu’elle m’a soulagée, je crois qu’on peut dire que ce livre est réussi. L’auteure nous fait ressentir de vives émotions comme l'angoisse des personnages, la peur, le besoin de se battre. J'ai dévoré ce roman, les tripes en état d'alerte, en attente de voir ce qui arriverait aux personnages. Je crois que le fait que je sois maman a aussi joué un rôle important vis-à-vis ce que j'ai ressenti envers cette famille et leurs malheurs. Un livre que je suggère fortement puisqu’il est un coup de cœur pour moi.


pour cette intense lecture


Aucun commentaire:

Publier un commentaire